Apprenti Gigolo (2013) 3.5/10 Turturro, Woody Allen proxénète

Fading gigolo + Encore un autre objet pour notre cabinet de curiosités.

On reproche souvent au cinéma de ne pas être original. Mais il faut dire aussi que lorsque la caméra et ce qui l’entoure se penchent inconsidérément, il arrive qu’ils déraillent.

Le bien connu John Turturro a pris le risque d’être l’auteur, le réalisateur et l’acteur de son propre film. C’est rarement une bonne combine.

Une fois de plus, dans cette velléité d’indépendance d’un personnage connu, on rameute les copains célèbres… et on prend le risque d’un grand gaspillage de talents.

Woody Allen, rien que cela, joue bizarrement bien un proxénète amateur.

A la base c’est franchement improbable.

Ce genre de situation peut éventuellement tenir dans la complète dérision, à la Mel Brooks par exemple. Mais là on est dans l’entre deux. Ce n’est jamais vraiment drôle.

On peut légitimement avoir le sentiment que Woody Allen est en danger dans cette galère. Il a sans doute du reprendre son personnage en main et il a du adapter lui-même son texte.

Il fallait essayer de rendre son rôle un peu plus crédible et moins ennuyeux, pour ne pas sombrer complètement dans le ridicule ou la neurasthénie.

Il fait donc du Woody Allen plein pot et non pas du Turturro.

John Turturro lui est le gigolo d’occasion, qui ne croit pas lui même à ses capacités.

C’est un acteur qui apparaît à présent insignifiant et usé.

Et pourtant, il est sensé être désiré sexuellement par l’ex-lumineuse Sharon Stone et la toujours bombasse Sofia Vergara. Elles lui octroient allègrement à 2000 dollars pour une passe, plus un généreux pourboire. On nage dans l’irréel !

Dans le registre de l’amour, c’est notre Vanessa Paradis qui s’y colle. Et mon dieu que c’est étrange !

Elle est là en veuve juive orthodoxe des quartiers radicaux de New-York.

Elle est empêtrée dans les tabous, les rites et ses vêtements noirs exagérément longs. Elle est coincée au point que même serrer la main à un étranger, est interdit. Cela ne facilite pas le relationnel.

Liev Schreiber joue un flic très ostensiblement juif, à barbe et papillotes et des tsitsit pendouillants aux quatre coins de sa chemise. Il suit Woody Allen à la trace, mais on ne sait pas trop si c’est pour ses activités illégales ou parce que ce dernier représente une piste vers son désir de toujours, Vanessa Paradis.

Tout cela se corse d’un procès alambiqué et privé, instruit par les instances juives à longue barbe grise. Le procès est assez obscur et se termine en queue de poisson.

Rien ne colle vraiment. Tout est passablement pourri.

On pourrait caractériser le genre comme une « sinistre comédie » ratée.

Mais c’est aussi une « sinistre plaisanterie ». On nous prend pour des truffes en pensant nous attirer avec sur l’affiche des vedettes connues, et dans les interviews le sujet-buzz de Woody Allen en pimp et Turturro en gigolo.

De quoi faire une belle bande annonce, sans plus.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Apprenti_Gigolo

John Turturro
Woody Allen
Vanessa Paradis
Sharon Stone

Apprenti Gigolo (2013) 3.5/10 Turturro, Woody Allen proxénète
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire