Avis. A Touch of Sin – Résumé – Inrocks critique fumeuse, Morain prêtre superlatif. 6/10 – (2013)

C’est un film à sketches, pas drôles du tout.

Avertissement : le fait qu’il y ait ici ou là des fragments « inspirés » d’histoires vraies, ne signifie pas que ce film nous montre la stricte vérité, en particulier pour ce qui serait de cataloguer les us et les coutumes de là bas. Surtout quand la débine tombe en avalanche à ce point. Faut pas être naïf tout de même, on a à faire à un spectacle ! Et ce bon réalisateur et scénariste rieur Jia Zhangke sait y faire pour en rajouter tant et plus.

  • Vous, amis lecteurs, vous connaissez bien ce truc du soit-disant biopic, puisque vous êtes ici sur un media à haute teneur en matière grise. Je précise donc cela, juste pour les malcomprenants de la critique.

Prologue

Le motard de la deuxième histoire tue d’abord trois agresseurs. A priori ici il est encore à peu près dans son droit. Belle mise en bouche. On le reverra en plus facheuse posture, un peu plus loin.

Première histoire à l’est du Pécos Shanxi.  « Travailleurs, travailleuses, on vous ment, on vous spolie »

Ambiance pot de vin, corruption, exploitation du bon peuple – De quoi pavloviser nos critiques qui ont connu la grande époque du gauchisme.

Les choses promises, sont dues dit-on. Mais pas dans le monde ouvrier. On est plutôt dans « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ».

Une sorte de cow-boy chinois, qui se sent spolié par la direction, est amené à rendre justice avec juste ses gros poings (et un fusil). Il fonce dans le tas et ne fait pas de quartier, quitte à se griller complètement. Mais son combat à mort se veut altruiste. Il aura une place de choix dans son paradis, entre Lénine, Staline et Poutine.

Il pense faire le ménage dans la hiérarchie, pour le compte de tous les exploités de sa méga entreprise. Ce jusqu’au-boutiste ira loin dans sa vengeance ultra-sanglante. En fait, il salira même les sièges de la Maserati du patron. Et l’hémoglobine ça tache.

Pour démontrer qu’il est un vrai cow-boy respectueux de la faune et de la flore, il descendra en plus un gars qui maltraitait son cheval, en passant.

A l’est comme à l’ouest rien de bien nouveau.

Avertissement : il est déconseillé de résoudre les conflits sociaux de cette manière.

Deuxième épisode un peu alambiqué, sur fond d’anniversaire des 70 ans et de pensions alimentaires.

On va l’intituler : « Voler un quignon de pain pour nourrir les gosses » ou « vendre ses poils à 100 francs le kilo ».

Il vous suffira de retenir qu’un malfrat vit en braquant divers endroits de Chongqing. C’est le gars à moto du début. Cela pisse le sang là aussi. Mais la famille ne le sait pas.

Il portait des culottes, des bottes de moto
Un blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos
Sa moto qui partait comme un boulet de canon
Semait la terreur dans toute la région

Avertissement : il est déconseillé d’assurer son train de vie de cette manière. Pas même pour payer la Solexine.

Troisième épisode tout aussi complexe. « Les femmes ne sont pas des objets à vendre ». Oui on sait.

  • On n’a vraiment pas le temps de tout comprendre, en passant sans transition d’une affaire torturée à l’autre. Les informations pleuvent aussi régulièrement que les coups. Il n’y a vraiment que les Danube de l’Esprit que sont les journaleux des inrockuptibles pour suivre (ou faire semblant).

Une jeune femme en a marre d’être la back door woman (la troisième roue du carrosse). Elle voudrait que ce mec divorce pour clarifier et pour qu’il puisse venir vers elle les mains libres. Elle se barre de guerre lasse.

Elle revient à son emploi antérieur. Tout à l’air pour le mieux dans ce lieu de massage avec finitions par de jolies poulettes. Mais il faut bien faire attention de ne pas confondre la sage réceptionniste qu’elle est avec les jolies putes à l’étage. Très vexée et vraiment harcelée la donzelle fera également un carnage. C’est comme cela.

Avertissement : il est déconseillé … de se faire justice soi même. Cela doit même s’écrire en proverbe chinois.

Quatrième vitesse – « chaque heure blesse (le travailleur, mais pas seulement), la dernière tue »

A Dongguan, il y a le plein emploi. Un jeune et beau garçon fait des petits boulots. De fil en aiguille (haï !) va se retrouver groom dans un club haut de gamme avec strip-tease, déguisements et plus si vous avez du pognon. Il se lie à une employée du sexe, mais finit par se braquer devant les pratiques rémunérées de la belle. En plus sa mère le presse de lui envoyer de l’argent. Solution ?

Avertissement : il est déconseillé de se suicider. Ami, l’autolyse ne règle rien. En plus c’est irréversible (hum)

Le réalisateur Jia Zhangke est vraiment un malade. Pourquoi faut-il que là bas on fasse également tant de surenchère de la violence. Je pensais le mal plus occidental que cela.

Serait-ce un état des lieux, voir un reflet fidèle de l’humanité ? C’est la thèse fumeuse des inrocks qui voit dans ces hyperboles devenues peu crédibles « l’infinie justesse de la représentation qu’il donne au spectateur des êtres humains » + « un regard profondément moral sur la Chine d’aujourd’hui ».

C’est l’espèce humaine dans son ensemble qui serait comme cela et le prophète Jean-Baptiste Morain serait chargé de nous ouvrir les yeux avec ses superlatifs ?

Dans ce cas, avec cette tuerie généralisée, l’humanité n’en aurait plus pour longtemps. Simple question d’arithmétique.

  • J’ai rarement vu un jugement si stupide. Ce n’est pas la première fois. Et en général quand je tombe sur l’une de leurs critiques, je me marre un bon moment. Mais qui donc lit encore ça ?

J’imagine plutôt que A Touch of Sin est un banal défouloir cinématographique, mais qui se donne des airs. En multipliant les acteurs et les situations par voie de scénettes, on ajoute juste à la confusion. Confusion qui s’accorde si bien avec les pulsions violentes. Voilà un ensemble qui visiblement embrouille des critiques aux neurones fatigués.

Jugez par vous même du niveau du texte du pauvre Morain :

Prix du scénario à Cannes, fallait oser ! Au secours, c’est la même clique !

https://en.wikipedia.org/wiki/A_Touch_of_Sin

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire