Avis. Arac Attack, monstres 8 pattes – Kari Wuhrer – Résumé. (2002) 5/10

(Eight Legged Freaks)

Les amateurs savent que « huit pattes » signifie araignée. Et « arac » correspond à Arachné, une simple mortelle présomptueuse, qui terminera sa vie en araignée, punie par Athéna, selon la mythologie grecque. Et depuis la racine arach’ vaut pour araignée.

Les titres avec « spider » sont tellement utilisés, que la production a préféré ce mini suspense détourné.

Les films de grosses bébêtes sont toutes plus ou moins calquées sur le même canevas. Les monstres hors normes veulent nous dévorer. Des humains, conduits par un homme valeureux, sont chargés de les exterminer.


On a donc d’abord une invasion progressive et d’apparence anodine.

Au début, personne ou presque ne s’en soucie (à part le spectateur). Mais les choses deviennent rapidement quasi incontrôlables. Ça pullule, ça grouille, ça infeste !

Et mêmes les incrédules finissent par accepter la « réalité » (sauf moi).

  • L’incrédulité rationnelle est toujours retournée dans ce type de film. L’idiot c’est celui qui ne croit pas aux débilités les plus crasses.

On assiste d’abord à des escarmouches que l’humain peut encore gérer. Mais peu à peu, il perd pied.

La terreur est croissante. La phobie des araignées en général et de la dévoration en particulier, gagnent un peu plus le spectateur. On montre de sales cadavres, on rajoute ce qu’il faut de liquide verdâtre. Les courses poursuites, avec pas mal de casse, laissent 95 % des personnes sur le carreau. A ce moment, on pense que tout est perdu (sauf les habitués qui n’y croient pas une seconde)

Alors que la tension est à son comble, une belle idée survient. Et grâce à ce petit truc tout simple (*) auquel personne n’avait pensé, on peut entamer enfin l’extermination complète. Une tuerie !

  • (*) l’extra-terrestre qui rouille quand on l’arrose par exemple (De Funes, les Gendarmes et les ET)

Les rescapés sont soulagés. Tout le monde d’embrasse. Happy end avec ou sans la cavalerie.

C’est toujours la même chose et infiniment lassant.

Ce genre qui a fait la fortune des producteurs à différentes époques du cinéma, a trouvé un regain d’intérêt à l’heure des images de synthèse.

Le vrai problème de ces films, c’est qu’il faudrait plus d’idées et moins de 3D. C’est possible ! Mais pas dans ce film.

La psychologie se réduit à quelques trucs classiques, toujours les mêmes.

Un méchant arriviste qui ne voit que le court terme, le maire en général, va gêner la recherche de solution. Égoïsme abyssal contre altruisme démesuré.

Les plus humbles, ici un enfant, comprennent forcément mieux que les autres. Il semblerait que ce gamin est une solide connaissance de ces bêtes (il va falloir que je demande à mon fils aîné, qui a lui une parfaite compréhension de ces captivants animaux de collection)

Le couple séparé, va finir par se retrouver, dans ces terribles circonstances.

Une petite touche écolo fait bien de nos jours. Et donc, c’est un fût de vieux produits chimiques qui est à l’origine de la « mutation » de ces jolies araignées en monstres haineux de plusieurs mètres.

On rajoute un peu d’humour ici où là. Ce sont des allusions bien soulignées à d’autres films d’horreur ou à leur parodie. Surtout Scary movie bien entendu.

Il y a aussi un rasta qui dirige une radio libre locale et qui se prend pour Orson Welles, annonçant la Guerre des mondes (canular radiophonique mortel en 1938) . Son fantasme est la peur de l’implantation anale de je ne sais quoi par des Aliens. Je ne suis pas un grand fan du scato extraterrestre.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Arac_Attack,les_monstres%C3%A0_huit_pattes

Kari Wuhrer
David Arquette

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire