Avis. Avenue Nationale. Film Prague – Résumé. (2019) 6/10

Cela se passe de nos jours, quelque part dans une cité HLM à Prague. (Národní Třída)

Une bande d’alcooliques miteux fréquente un bar assez minable. Un des leurs les domine. Cet ouvrier du bâtiment impose ses critères à ce groupe de bras cassés. Il a le crane rasé, la cinquantaine et un passé de délinquance. Il crie plus fort que les autres et donne l’impression de savoir où il va.

On le surnomme (Jean-Claude) Van Damme parce qu’il aime se battre et qu’il entretient sa forme par de la culture physique intensive. Il impose son modèle et ses slogans.

  • C’est l’acteur Hynek Cermák qui nous fait ce rôle là. Petit et pas très beau, il n’est vraiment pas le sosie de son maître belge.

On lui prète la légende d’avoir été le premier à donner le coup de poing contre la répression lors de la révolution de Velours à Prague (1989, juste après la chute du mur de Berlin). Mais le doute subsiste, il n’aurait pas été un héros, mais un flic, du mauvais côté, le premier a avoir cogné sur … les manifestants.

  • En République Tchèque, on a le même problème que nous avec notre Résistance, avec des plus ou moins collabo et des plus ou moins résistants, mais dans le contexte de l’invasion soviétique et du communisme. Des familles peuvent être traversées par ces fractures mémorielles. Et pas mal de personnes souhaitent oublier, des deux côtés.

Ce leader aux idées courtes a plutôt une petite tête. Mais il aurait du coeur, là en dessous tout caché. Il a de l’affection pour la gérante des lieux (Katerina Janeckova). Il arrivera même une nuit, une seule, à coucher avec elle. Et pour lui maintenant il pense que c’est pour la vie. Elle n’est pas emballée du tout. Et quand il comprend qu’on menace de fermer le bar de sa belle, en raison des dettes accumulées, il s’en prend au porteur de mauvaises nouvelles, un « profiteur » à qui tout sourit.

Les agressions vont être de plus en plus graves. Il va tenter d’extorquer son frère qui a réussi, pour couvrir la dette de la tenancière. Il finira par voler la grosse bagnole de sa belle sœur, sous un prétexte de dette morale et la vendra au marché noir. Mais l’argent arrive trop tard, la vente du bistrot est actée. Pourtant il ne s’avoue pas vaincu et va menacer gravement le liquidateur. Cela se terminera dans un bain de sang.

Il y a en effet une logique rentre-dedans digne des mauvais films où sévit Van Damme ou tous ces « justiciers » à gros bras de cinoche. C’est la vengeance par procuration des humbles qui se sentent humiliés. Ces damnés de la terre pensent (le mot est fort) qu’on peut tout régler juste avec son intime conviction et des menaces.

Leur monde est scindé en trois. Avec à un pole les riches qui ne seraient que des voleurs et des tricheurs et à l’autre pole des parasites « étrangers », comme les roms et tout ce qui n’est pas authentiquement tchèque. Et bien entendu au milieu, il y a eux et leur détermination jusqu’au-boutiste, alcool aidant. Ils ne voient pas qu’ils ne sont qu’une bande d’abrutis.

Cette idée de vengeance sociale est souvent partagée par le spectateur. Chez le quidam ce ressentiment est a minima, mais quand même.

  • On vient de leur mettre un PV de stationnement, ils s’en vont gueuler auprès du préposé. La violence bien entendu ne sert à rien. Ils n’auront pas gain de cause. Mais au moins elle décharge un peu leur agressivité. Les exemples sont innombrables. Et quand ils n’ont pas eu un poste, un logement ou je ne sais quelle rétribution, ils s’empressent de désigner un bouc émissaire, comme ces « salauds de non-blancs » ou ces puissants qui s’en mettent jusque là. Il s’agit toujours de s’opposer vivement à une prétendue injustice. Jamais d’autocritique.

https://cs.wikipedia.org/wiki/N%C3%A1rodn%C3%AD_t%C5%99%C3%ADda_(film)

  • Hynek Čermák as Vandam
  • Kateřina Janečková as Lucka
  • Jan Cina as Psycho
  • Václav Neužil ml. as Milner
  • Jiří Langmajer as Roman
  • Martin Sobotka as Séf
  • Erika Stárková as Hairdresser
  • Lubor Šplíchal as Mayor
  • Andrej Polák as Spokesperson
  • Martin Siničák as Vandam’s father
  • Bára Vozková as Gábina
  • Terezie Vraspírová as Rich Russian girl
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire