Avis. Entre amis et voisins. Ben Stiller – Aaron Eckhart – Catherine Keener – Résumé. (1998) 4/10

L’amour physique est sans issue ? (Jane Birkin / Serge Gainsbourg) (Your Friends & Neighbors)

Ces films faussement grivois sont en réalité franchement puritains dans l’âme. Les relations extra-conjugales perfides et osées auxquelles on assiste se veulent aguicheuses. C’est juste pour l’affiche.

Elles sont forcément basées sur la « trahison » et sont tristes à pleurer. C’est le nécessaire retour à la morale classique qui demande cette contrition.

Les Américains de ce cinéma là, sont titillés par le désir d’ailleurs, comme tout un chacun. On leur concède un petit droit à l’exploration des limites, mais sous réserve qu’ils reviennent gentiment aux fondamentaux du couple de base, une fois leur petit tour effectué. Ou bien il faut qu’ils retournent de cet « enfer » bien tristes, ce qui revient au même. L’important étant la culpabilité, rentrée ou non.

– Ces pas de côté ne sont jamais une ode au péché polygamique. Manquerait plus que cela !

– On n’aura jamais non plus la promotion du bonheur de s’être extirper des pattes d’une bobonne aigrie qui se laisse aller ou d’un mari insatisfait et râleur. Cette croix, il faut l’accepter semble-t-il.

Pour veiller à rentrer dans le rang, il faut une autorité qui dépasse le couple. On aura pour cela la police efficace du risque pécuniaire (pension alimentaire) ou la police de l’environnement familial élargi (beaux parents menaçants et/ou enfants contrits) ou la police du conseil conjugal (pour vous ramener en cellule) ou les nombreuses polices morales qui sévissent… et qui sait bientôt un traitement médicamenteux pour endiguer les maladives pulsions centripètes.

Mais l’immanence se manifeste toujours de la même manière, le bonheur physique escompté n’est pas au rendez-vous et de toute façon, même s’il advenait, il serait forcément sans issue. Un petit mea culpa suffit à faire tout rentrer dans l’ordre. Malheur aux relaps !

On nous rabat immanquablement vers le supposé bonheur du couple au paradis, avant la chute.

– – –

Pour faire joli, genre unité de lieu et d’action, on va mélanger six protagonistes. Au départ il y a entre eux des alliances claires et des frontières que ne devraient pas pouvoir mettre en cause des amis.

  • Amy Brenneman
  • Aaron Eckhart
  • Catherine Keener
  • Nastassja Kinski
  • Jason Patric
  • Ben Stiller

Pour être en accord avec son temps, on ajoute des expériences homosexuelles fille-fille et garçon-garçon.

– Dont une histoire d’un gars qui a été violé dans le passé par plusieurs mecs. Une sommation qui doit être hautement lésionnelle et faire très mal. Et pourtant notre Jason Patric qui est passé le dernier aurait pleinement satisfait le pauvre blessé et aurait connu lui même sa meilleure expérience sexuelle. C’est assez invraisemblable, déjà techniquement parlant.

– Catherine Keener passe pour la méchante, et se venge en fricotant avec Nastassja Kinski…

Pour le reste, combinez qui vous voulez. En ce qui me concerne, cette pseudo dénonciation lourdement moralisatrice, ne m’amuse pas. Les spectateurs n’ont pas marché non plus.

Les tentatives d’humour sont particulières peu efficaces, ce qui n’arrange rien.

Entre amis et voisins

https://fr.wikipedia.org/wiki/Entre_amis_et_voisins

Amy Brenneman
Aaron Eckhart
Catherine Keener
Nastassja Kinski

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire