Avis. Faux témoin – Elizabeth McGovern – Isabelle Huppert – Résumé (1987) 7/10

Cette histoire policière est complexe mais tient assez bien la route. Il y a plus de logique que d’improbabilité dans ce piège qui se referme sur le faux témoin au lieu du vrai coupable. (The Bedroom Window)

Un tueur en série tue une femme. Cela se passe la nuit dans un parc à proximité des habitations.

Un couple illégitime s’aime à l’étage. La femme incarnée par la française Isabelle Huppert est alertée par les cris. Elle va à la fenêtre et voit l’assassin roux. Celui qui est joué par le cool Steve Guttenberg, reste au lit et se lève trop tard. Le gars a déguerpi.

Il faut faire quelque chose et ne pas laisser ce crime impuni. Mais pour Isabelle il n’est pas question de révéler leur liaison. A partir de là l’amant va faire comme si c’était lui le témoin et dissimuler la présence de l’infidèle sur les lieux aux policiers. Il se trouve qu’il travaille en plus pour le mari. Divulguer leur liaison serait fatal à tous les deux.

Elizabeth McGovern, avec ses joues de hamster, incarne une victime qui a pu s’échapper à temps mais qui n’a rien à voir avec la scène initiale. Elle est en mesure d’identifier l’agresseur.

  • C’est elle qu’on voit sur l’affiche du film derrière la fenêtre, ce qui n’a aucun sens. Mais elle est plus connue que Huppert aux USA. Ceci explique cela.

De fil en aiguille l’amant va donc pouvoir pister le coupable. Il le suivra pas à pas et se sera sur les mêmes lieux que l’assassin. Il y aura des récidives. Ce qui est embarrassant pour Steve en l’absence d’autre suspect.

La justice va se rendre compte que quelque chose cloche dans le témoignage et va finir par orienter ses investigations vers le faux témoin, qui se trouve toujours là où il ne faut pas et qui a menti.

S’en suit l’habituel (faux) suspense. Est ce que cet enquêteur-bis va coincer à temps le meurtrier et prouver ainsi son innocence ? Ou bien va-t-il se faire coincer lui ?

Les choses se compliquent. Isabelle s’obstine dans son silence et tourne carrément le dos à son amant. Elle avoue une toute petite partie de la vérité à son mari. Elle fait passer l’insistant amant, non pas pour quelqu’un qui cherche à faire éclater la vérité – quitte à briser le couple officiel – mais pour son harceleur.

Le méchant a reconnu cette Française qui l’a observé lors de l’épisode du parc. Il va la tuer. Et une fois de plus les suspicions vont aller vers l’amant présent à nouveau là où il ne fallait pas.

L’amant est en cavale désormais. Il va s’associer à McGovern pour son enquête free-lance. Elle va se déguiser en une autre pour servir de nouvel appât sans être reconnue.

La course finale est conforme à l’esprit thriller. Et il ne fait aucun doute que les gentils vont finir par gagner… in extremis.

Ce n’est pas mal joué avec bien entendu une mention spéciale pour notre Isabelle Huppert, bien à l’aise dans ce rôle de cougar (encore jeune ici) qui veille d’abord à son intérêt.

Curtis Hanson, est aussi le réalisateur de « L.A. Confidential » – Un film à la réputation surfaite.

https://en.wikipedia.org/wiki/The_Bedroom_Window_(1987_film)

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire