Avis film, Les Saisons. Jacques Perrin, Jacques Cluzaud. 7/10

A ma connaissance Jacques Perrin et Jacques Cluzaud ne sont pas de grands musiciens. Et donc il ne s’agit pas ici du magnifique oratorio Die Jahreszeiten de Joseph Haydn. Un sommet dont je me régale toujours.

Mais l’ambiance sereine et lumineuse, bien que des siècles soient passés, n’est finalement pas si éloignée que cela. L’un pourrait servir de bande musicale à l’autre.

La réalisation et le montage sont bien entendu exceptionnels, que l’on navigue à hauteur d’araignée ou de bataille d’ours. Il y a là du jamais vu.

Cependant une sorte de décence, qui est conforme à l’idéologie naturaliste et moraliste d’aujourd’hui, fait qu’on privilégie le mignon à la dévoration brutale. Plutôt un rêve de cohabitation que la sempiternelle histoire du gros qui dévore le petit. La sauvagerie naturelle, qui n’a rien d’une méchanceté gratuite, n’est pas occultée, mais adoucie. Ce prêchi-prêcha par l’image est très conformiste et cela manque singulièrement d’audace.

Ici comme ailleurs l’animal sauvage doit être en quelque sorte notre ami, notre prolongement.

La mise en perspective historique, avec la culpabilisation implicite de l’homme, m’a semblé assez scolaire et peu utile. Même les Romains en prennent pour leur grade.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Saisons_(film)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Die_Jahreszeiten

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire