Avis. Midnight run – Charles Grodin – De Niro – Résumé (1998) 5.5/10

Dans cette pochette surprise, il y a à la fois un road-movie, un film de poursuite et un film de (deux) potes (en devenir). Avec ces deux là, il y a une certaine forme de comique, mais ce n’est quand même pas du Laurel et Hardy.

En réalité, c’est un exercice assez convenu et pas si drôle que cela.

Un chasseur de prime, interprété par De Niro, est chargé de traquer puis ramener à bon port un escroc en col blanc. Ce dernier est joué par le lucide Charles Grodin.

Ancien flic, le chasseur utilise la carte de police d’un autre pour faciliter le travail. Il est le plus souvent dans la totale illégalité.

L’arnaqueur à coincer est rusé. Comptable de profession, il a réussi à spolier un organisme de prêt de cautions judiciaires (450 000 dollars).

Une fois attrapé par De Niro, notre habile gaillard menotté tente de le déstabiliser psychologiquement. Il profite du désarroi de celui qui a été largué par sa femme et sa fille depuis longtemps (histoire B). Il épingle aussi les mauvaises habitudes de ce fumeur, bouffeur de plats trop gras. Il insiste lourdement, à dessein, ce qui perturbe le mental de l’Italien.

Plusieurs groupes cherchent à leur mettre les bâtons dans les roues. Ceux qui attendent de récupérer leur caution et qui trouvent que cela ne va pas assez vite. Les vrais policiers qui en veulent à l’usurpateur mais qui voudraient aussi coincer le voleur occasionnel, pour remonter aux gros bonnets. La mafia qui a perdu pas mal d’argent avec ce type.

Tout le reste n’est que tribulation et petits rebondissement, dans un contexte de cohabitation forcée. Et cela dure deux longues heures.

En 1998 on n’avait pas peur de récompenser, au final, nos deux voyageurs méritants, malgré leurs immenses casseroles.

C’est très fin de siècle dans les thèmes et leurs traitements cinématographiques. Et cela ne vole pas bien haut. Reste le couple improvisé Robert De Niro et Charles Grodin, qui semble quand même s’amuser un peu. Il vaut mieux, vu que c’est une comédie. Les spectateurs ont préféré bouder. Le rire c’est trop sérieux pour le laisser à des rigolos. N’est-ce pas Martin Brest ?

Midnight run = petite ballade de santé (pas à la lettre, mais dans l’esprit).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Midnight_Run

Robert De Niro
Charles Grodin

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire