Avis. Miss Marple. La plume empoisonnée. Série TV. Geraldine McEwan. Résumé 8/10

06 (2-02)

Geraldine McEwan est une Miss Marple particulièrement réussie. Elle dégage une sincère empathie, tout en restant finaude et avisée. Elle sait qu’elle n’a pas vraiment le droit d’enquêter, mais elle arrive à s’immiscer dans la recherche de la vérité, grâce à son entregent.

Elle possède un humour délicat et mesuré. La voie française, que l’on doit à Lily Baron, est bien adaptée.

James D’Arcy figure avec beaucoup de justesse le narrateur Jerry Burton. Il n’est pas bien dans sa peau et son dernier accident de moto ressemble à s’y méprendre à une tentative de suicide.

Il vient se reposer dans ce mignon village de Lymstock en Angleterre. Il est accompagné par sa sœur Joanna, incarnée par la très séduisante Thelma Barlow. Le récit laisse planer un doute quant à leur réelle relation. Sont-ils des amants déguisés ? C’est tout  Agatha Christie ça, de faire de tous des suspects.

Les villageois sont pittoresques, qu’ils soient conservateurs et gardiens des bonnes mœurs ou à l’inverse « frondeurs ». La psychologie et les idylles tiennent un rôle central ici. C’est presque un roman d’amour par moment. Avec ici aussi une intrigue à démêler quant au choix de la femme qui sera l’amour de sa vie. Cela a été écrit pendant la guerre, et cette respiration était sans doute nécessaire.

  • Ce mode de vie anglais fait rêver. Il témoigne d’une grande civilisation. Le « vivre ensemble » dont on nous bassine les oreilles, comme s’il s’agissait d’une servitude, est bien naturel ici. C’est un ordre social assez intelligent et bien compris. Et puis, ce mode de vie n’a rien à voir avec l’american way of life.

La plume empoisonnée et une métonymie de lettres anonymes particulièrement méchantes. Des faits sont sans doute vrais et d’autres non. C’est assez confus. Mais cela se gâte quand les gens finissent par en mourir. S’agit-il de vrais suicides ou de meurtres déguisés ? Au bout d’un certain nombre, il ne fait pas de doute qu’il y a un assassin là derrière.

Une des victimes pourrait être celle qui était vraiment visée. Le reste n’étant qu’un sinistre écran de fumée.

Agatha ne peut s’empêcher d’en rajouter plusieurs couches, faisant passer la virtuosité au dessus de la vraisemblance. Et pour une fois, elle nous épargne les filiations cachées. Quand on croit en tenir un (ou une) c’est un autre qui prend la croix. Comme toujours.

Comme je l’ai souligné, les femmes ont ici beaucoup d’importance. Alors, victimes, bourreaux, objets de désir… vous verrez bien vous mêmes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Plume_empoisonn%C3%A9e

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_2_de_Miss_Marple#%C3%89pisode_2_:_La_Plume_empoisonn%C3%A9e

Avis. Miss Marple. La plume empoisonnée. Série TV. Geraldine McEwan. Résumé 8/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire