Avis. Susie et les Baker Boys – Bridges – Résumé (1989) 7/10

Les deux frères Bridges incarnent des pianistes à l’ancienne, qui se produisent en duo dans des bars d’hôtels et de petits cabarets. Leur numéro est à présent usé et ils ont de moins en moins d’engagements. (The Fabulous)

Dans la famille Bridges, Beau est celui qui n’est pas beau (je pense qu’on l’a déjà faite celle-là).

C’est un bon père de famille qui est au commande comme manager et s’occupe de toute l’intendance. C’est le gars honnête mais limité.

A l’inverse Jeff est l’électron libre, qui a de l’inspiration et de vraies qualités musicales. Cependant il est bridé par le type de représentation que son frère lui impose. Mais il n’a pas le courage de se lancer tout seul. Il n’a pas d’attache et fricote avec les serveuses dans des rendez-vous sans lendemain.

Ils se supportent ainsi depuis toujours.

Pour sortir de ce cercle vicieux, ils vont faire venir une chanteuse. Dans leur gamme de prix, ils ne trouvent personne. C’est là qu’intervient Michelle Pfeiffer. C’est une call-girl qui veut en sortir. Elle est du charme et une très belle voix. La comédienne de 31 ans donne une de ses meilleures prestations.

Avec elle, ils reprennent de l’altitude. Rapidement ils sont propulsés dans des galas bien plus reluisants et lucratifs.

Jeff et Michelle sont deux beaux animaux sauvages. Ils ressentent une attirance l’un pour l’autre. Mais selon le sage précepte, ils ne doivent pas mélanger amour et travail. Et ce n’est donc qu’après une longue approche est autant d’éloignements, qu’ils finissent par céder… un peu.

Ils n’ont eu que deux « intercourse » et ils font tout pour freiner et tenter de revenir à la raison.

Michelle finit par quitter le groupe, autant parce que cette curieuse non-relation est dure à supporter que parce qu’elle a trouvé un nouveau « protecteur ».

Les deux frères retombent dans leurs ornières. Le duo finit par craquer. Et c’est peut être mieux ainsi. Jeff trouvera des petits contrats dans de vraies boites de jazz. Le modeste Beau se contentera de donner de cours de piano, qu’il n’estime pas moins rémunérateurs.

Le scénario se termine par une possible réconciliation de Jeff et Michelle. Mais on reste dans un certain non dit.

Le film est une longue ligne mélodique, presque un film musical. On a souvent de bons morceaux de jazz. Et Michelle comme chanteuse féline est superbe. Ce qui lui vaut le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un film dramatique. Ici, c’est une charmeuse un brin vénéneuse, à la hauteur d’une Lauren Bacall ou d’une Rita Hayworth (Put the Blame on Mame).

Ce n’est pas à proprement parlé un film romantique et/ou sentimental. On assiste plutôt à une tranche de vie mêlant assez finement la psychologie de trois êtres, dont deux d’exception.

Les acteurs parviennent à restituer sans emphase et sans mélo, le sort de ces trois personnes. C’est du bon travail. Voilà un film de deux heures, et de plus de 30 ans, qui peut encore se regarder avec plaisir.

Un petit bémol tout de même. Il y a ici trop de tabac et d’alcool chez Jeff. D’ailleurs le bon frère Beau, ce Chrétien Végan, critique ouvertement l’abus de cigarettes de son frérot. En vrai Jeff est un homme fidèle mais fanatique de cigares.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Susie_et_les_Baker_Boys

Jeff Bridges
Michelle Pfeiffer
Beau Bridges

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire