Avis UKRAINE Ne pas humilier Poutine, la Russie ? Kasparov. Macron se fait des ennemis chez ses amis.

Vous trouverez plus loin un avis nuancé sur la phrase polémique du président Macron.

En attendant voilà l’opinion du maître de l’échiquier Kasparov.

La phrase de Macron qui dit qu’on ne la Russie « ne doit pas être humiliée » est pathétique. Si un homme assassine son voisin, l’arrêtez-vous et le poursuivez-vous ou négociez-vous un cessez-le-feu entre lui et la famille de sa victime ? Poutine est un meurtrier de masse, un criminel de guerre. Les Russes doivent faire face à cette réalité. 9/5/22

le 18 juin 2022

Lors d’un passage à Paris, l’ancien champion du monde d’échecs russe Garry Kasparov s’est prononcé sur la situation en Ukraine. Il affirme qu’Emmanuel Macron est « du mauvais côté de l’histoire » lorsqu’il prétend qu’on ne doit pas humilier la Russie et en sous-entendant qu’il faut que le président ukrainien doive céder des territoires pour obtenir la paix.

De plus ce raisonneur de premier plan, qui a forcément toujours plusieurs coups d’avance, affirme que cette phrase cache difficilement qu’elle signifie en fait « il ne faut pas humilier Poutine ».

Il est à présent « ambassadeur de la sécurité » de la marque antivirus Avast et bien entendu en froid avec Moscou.


Pour les dirigeants ukrainiens la France et l’Allemagne font partie de la « vieille Europe ». Ils sont accusés d’indécision, de mollesse, voire de compromission avec la Russie. On parle de Munich II.

Certaines phrases ne sont pas appréciées : « ne pas conduire Poutine dans une impasse » – « lui permettre de sauver la face », et les Ukrainiens craignent que ces deux puissances soient capables de promouvoir un accord de paix assorti de concessions territoriales de l’Ukraine. Ce qui pour eux est un projet réellement choquant.

Mais quand le président Macron déclare à présent qu’il ne faut pas humilier la Russie, c’est pour eux comme si, en son temps, Roosevelt avait dit il ne faut pas humilier l’Allemagne hitlérienne.

Ainsi on trouve cette réaction qui vient du fond du coeur sur facebook et qui montre le « dégoût » d’une bonne partie de ce peuple meurtri :

« 100 jours de guerre sanglante, 100 jours de meurtres de civils, 100 jours de viols par du bétail russe de femmes et d’enfants ukrainiens, 100 jours de destruction de villes et villages ukrainiens, 100 jours de lutte entre le bien et le mal, la paix et les ténèbres, la civilisation et dégradation, et ce président qui a passé 100 heures de conversations téléphoniques avec Poutine [je n’ai pas réussi à traduire le mot original]: il dit que la Russie ne peut pas être humiliée !!!! Quoi ???? Comme il est dégoûtant, et nous étions toujours inquiets pour lui lors des élections ! »

100 днів кривавої війни, 100 днів вбивст цивільних людей , 100 днів ґвалтування російським бидлом українських жінок та дітей , 100 руйнування українських міст та селищ , 100 днів боротьби добра і зла , світа та темряви , цивілізації і деградації , а цей президент , який провів 100 годин розмов по телефону з путлєром: каже , що росію не можна уніжати !!!! Що ???? Який же він мерзотний , а ми ще за нього хвилювалися на виборах !

Pourtant, on peut concevoir, d’une certaine manière, qu’il faille être stratège avec Poutine. En disant cette phrase critiquée, Macron a voulu faire un calcul politique, pour tenter d’amadouer l’ours enragé. Mais au fond de lui même et d’une majorité de Français, ce criminel retors du Kremin est bien entendu infréquentable.

Cela dit, que ce soit Biden ou le Pape, tout le monde pense qu’il va falloir discuter. Le but étant bien sûr d’arrêter au plus vite la guerre meurtrière, de faire partir les envahisseurs, de revenir aux frontières de l’Ukraine d’avant les agressions russes. A noter que la France ne reconnaît pas l’annexion de la Crimée.

Il ne s’agit pas de faire disparaître la Russie, aussi mauvaise soit-elle en ce moment. Dans une démocrature (dictature masquée par une pseudo-démocratie) il faut distinguer le peuple berné, de ses dirigeants.

L’histoire montre que les régimes dictatoriaux et criminels s’effondrent le plus souvent sur eux-mêmes et que l’ingérence étrangère pour chasser les tyrans marche mal et crée de nombreux problèmes. Cependant les Ukrainiens n’ont pas le temps d’attendre. On les comprend.

Et même si Zelenski dit le contraire, vue la situation présente, il aura du mal à se passer de « négocier » avec son ennemi, au moins pour partie. Son attitude intransigeante de maintenant se comprend mais elle comporte aussi une part de stratégie. Appuyé par l’aide militaire croissante et la vaillance de ses soldats, il fait monter les enchères.

Si la France aide l’Ukraine militairement et sur d’autres plans, si elle participe sérieusement à des sanctions contre la Russie, qui lui en coûtent (disparition de nombreuses entreprises françaises de Russie, inflation, retour mafieux des armes distribuées etc), c’est qu’elle est convaincue de la justesse de la cause de ce pays et qu’elle fait passer les considérations politiques et humaines avant ses problèmes économiques. Il ne faut pas que les Ukrainiens en doute.

Ce qui n’empêche pas qu’on puisse comprendre que les mots de Macron puissent être jugés comme malheureux, par ceux qui souffrent de cette guerre, comme par bon nombre d’entre nous.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire