Braquage à l’italienne (2003) 5/10 Wahlberg gentil, Norton méchant, Theron au centre

Un film peu intelligent mais qui a réussi à braquer le box-office.

La production a engrangé des gains considérables. Ils ont puisé dans les poches de ces amateurs d’action qui ne veulent surtout pas se creuser la tête. Ils sont très très nombreux.

Le début s’appesantit sur les protagonistes et le pourquoi du comment. Cette mise en place est trop longue, mais il faut sans doute cela pour un public de malcomprenants.

Le coup du mauvais coup entre brigands, on connaît.

Les personnages floués vont se regrouper en formant une équipe vengeresse. Encore cette satanée vengeance de farwest !

Le problème c’est qu’ils passent leur temps à s’auto-congratuler. Ils seraient la crème de la crème dans leurs branches. On doit l’accepter sans vérifier leurs talents, ni éprouver ceux des scénaristes. C’est considéré comme un axiome de base.

  • Je ne me sens vraiment pas le coeur à être entraîné par cette clape facile. J’attends de me rendre compte par moi-même.
  • Mais sous les voiles de fumées technoïdes, j’ai bien l’impression qu’il n’y a rien.
  • L’informaticien qui tape à tue tête sur le clavier pour avoir le code, ne m’a jamais convaincu. La résistance des verrous informatiques n’est pas une question de force de frappe sur les touches.
  • Charlize qui arrive à bout d’un coffre fort avec un stéthoscope, et pas grand-chose d’autre, c’est un coup qu’on doit nous faire depuis cent ans maintenant. Cela m’étonnerait que les fabricants n’aient pas trouvé la parade encore.

En réalité les choses se règlent avec des coups de poing. Ne cherchez pas plus loin, les neurones sont facultatifs ici.

— — —

Edward Norton fait le traître et donc il ne va pas se départir de ses rictus de méchant d’un bout à l’autre du film.

A l’inverse le doux Mark Wahlberg fera son possible pour montrer qu’il est le gentil en chef.

  • Dommage que Mark n’ait pas embarqué Ted avec lui.

Charlize Theron fait la bombasse qui peut cependant être bien intelligente. Le pathos familial, évoqué à son sujet à plusieurs reprises, est lourdingue. Elle roule en camionnette, pour les besoins de la cause, mais elle en a bien plus sous le capot. En réalité elle est là pour faire joli. D’ailleurs elle use de ses charmes, c’est sa première arme. Qu’on ne nous raconte pas n’importe quoi !

Jason Statham est le beau gars qui roule… les mécaniques. Il n’a pas son Audi S8 du Transporteur. Et cet infatigable as du volant convoite ici une Vanquish.

Seth Green, comique de profession, a une tête particulière. Il fera donc le geek surdoué en informatique. Le principal du film est lié à un détournement de logiciel de feux rouges.

Les gentils sont de vrais collégiens. Et comme ils ont (quelque part) le coeur pur, ils ne peuvent que gagner à la fin. Même quand ils affrontent un méchant sans scrupule et bien organisé.

La chasse au trésor est péniblement entretenue par des rebondissements divers. Hollywood n’a donc rien appris ?

C’est un remake poussif de L’or se barre (1969)

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27or_se_barre


Mark Wahlberg

Jason Statham
Charlize Theron
Edward Norton
Seth Green
Mos Def
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire