Brève histoire d’amour (Krótki film o milosci) (1988) 5/10

Il y a sans doute une « clientèle » pour des récits d’amour éternel avec son cortège de sentiments exacerbés. Mais devant une telle offensive émotionnelle, il vaudrait mieux se méfier. C’est plus vendeur que réaliste.

Et cela ne date pas d’hier. Même Roméo et Juliette ont du avoir des prédécesseurs. La barre est très haute.

C’est l’histoire d’un postier puceau et voyeur, qui est transi d’amour pour une femme célibataire, habitant juste en face de chez lui. Il n’y va pas de main morte. Les amants défilent. Il croit à sa bonne étoile. Après tout c’est forcément la femme sa vie. Elle correctement interprétée par Grażyna Szapołowskade, là n’est pas le problème.

Ce gamin joué par Olaf Lubaszenko est gauche et immature. Il se permet de confisquer son courrier, de faire des faux mandats pour l’attirer à son guichet, de se transformer en livreur de lait pour l’approcher, de la harceler au téléphone.

La belle lui tend des pièges. Un de ses amants l’ayant localisé, donnera un coup de poing bien placé au soupirant. Le préposé n’est pas découragé.

Elle l’attirera chez lui en petite tenue pour l’humilier. Rapidement elle le presse de mettre sa main sur un endroit chaud et humide de sa personne. C’est torride. Mais il « conclura » très très vite, sans même arriver au but.

Le pauvre garçon se tailladera les veines et la femme sera très culpabilisée.

Voilà. La mise en scène de cette supposée tranche de vie, ne vole pas très haut. Pourtant il y avait quelque chose dans l’intrigue de potentiellement tchekhovien. Anton lui sait gérer l’improbable, le saugrenu en le transposant dans d’autres dimensions. C’est le génie de ses nouvelles. Il ne reste pas littéral et au ras du sol. Il crée l’envie d’en savoir plus, sans s’obliger au pathos.

Le réalisateur Krzysztof Kieslowski ne me convainc pas ici.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Br%C3%A8ve_histoire_d%27amour

Grażyna Szapołowska
Olaf Lubaszenko
Piotr Machalica

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire