Comment tuer son boss (2011) comédie pas sérieuse. Humour de bureau 6/10

C’est quoi une comédie qui manque de sérieux ? Eh bien, c’est une réalisation qui voudrait nous faire marrer, mais dont l’intrigue qui se veut bien construite, voire réaliste, ne tient pas trop la distance.

Au départ, il y a l’exposé pénible du martyr de trois copains écrabouillés par leur hiérarchie. Chacun a de sérieuses raisons d’en vouloir sérieusement à son boss. Le problème c’est que la caricature favorise pas tant que cela le rire. Chaque récit de la trilogie devient vite une farce grotesque.

Kevin Spacey nous fait un chef tyrannique et pervers. Cela fait un bon moment qu’il semble promettre une promotion à Jason Bateman. Il lui demande pour cela des courbettes. Il lui fait un tas de reproches et lui tend même des pièges. Le pauvre employé qui a ciré les pompes pendant des années, n’aura rien.

Charlie Day incarne un assistant dentaire qui subit les harcèlements sexuels de sa patronne dentiste jouée par Jennifer Aniston . A priori c’est moins grave que le cas précédent, mais en fait il est sur le point de se marier et n’a absolument pas envie de céder. La forcenée menace de le compromettre s’il ne couche pas et il se trouve piégé.

Jason Sudeikis est tout dévoué à son boss (Donald Sutherland) et réciproquement. C’est la bonne entente permanente. Mais celui ci meurt et laisse la place à son fils drogué (Colin Farrell), incompétent et méchant. Big problème là aussi.

Nos trois protagonistes amis se lamentent. Enfin germe l’idée de se débarrasser des trois patrons méchants. Amateurs, ils vont s’adresser à quasi n’importe qui (Jamie Foxx) et se faire rouler. Puis viendra l’idée d’échanger les meurtres.

Ils se mettront dans des situations débiles. Ils seront des clowns inefficaces, mais le sort réglera le problème pour eux. Mais il faudra évidemment de nombreux rebondissements et du suspense.

Les acteurs sont bons. Beaucoup repose sur le texte. Il est donc possible que la traduction française enlève pas mal de sel.

Mais dans l’ensemble je ne suis pas convaincu. C’est de l’humour de bureau assez basique.

Pourtant ce récit populaire ou populiste, qui doit toucher consciemment ou non un tas de petits employés, a fait un tas de pognon (214 millions de dollars de recettes !). Ce qui fait qu’on a eu droit à un deuxième épisode !

Comment_tuer_son_boss

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire