Comte de Monte-Cristo. Télévision. Avis. Jean Marais, Dracula, Superman – Résumé (1954) 8/10

Dantès

L’interprétation du Comte Monte-Cristo de Jacques Weber n’est pas bien différente de celle de Jean Marais. Dans les deux cas, c’est la superbe du personnage de Dantès qui domine. Au début, il est beau, calme, résolu, franc et intelligent. C’est comme cela dans le texte et à l’écran.

Mais j’ai une préférence pour l’interprétation plus complexe de Jean Marais. Uh film réalisé par Robert Vernay.

Comte Dracula

Mais lors de son retour il devient un Comte de légende. Il est alors livide, impassible, fermé, calculateur, inquiétant. Il n’est animé que par le ressentiment. Et en cela il se transforme plutôt en Dracula, qui veut être payé de sang. Plusieurs analystes font le parallèle avec un vampire. Ce côté sombre, moins valorisant, est plutôt estompé chez Marais et Weber. Et j’avoue que cela ne me convainc pas tant que cela non plus.

Surhomme nietzschéen et grisbi.

De Monte-cristo à Superman en passant par Nietzsche.

Le trésor mythique qui est donné à Dantès est sans limite. C’est l’équivalent de la kryptonite pour Superman. Ou plutôt l’inverse, la kryptonite c’est la métaphore actuelle du pouvoir de l’argent sans limite. Ce n’est pas tout à fait le message de Umberto Eco dans son livre Du superman au surhomme.C’est moi qui le voit comme cela.

Umberto Eco

Il parle d’un texte homérique, pour ce fuilleton de Dumas : « Mélo et Kitsch frôlent le sublime par la vertu de l’excès, tandis que l’excès se transforme en génie. »

Son commentaire sur le style : «je me suis demandé si les formes ampoulées, la platitude et les redondances ne faisaient pas partie de la machine narrative. »

« Le roman dumasien est une machine à produire de l’agonie, et ce n’est pas la qualité des râles qui compte, c’est bien leur longueur. »

« Le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier est sans aucun doute mille fois mieux écrit que le Comte de Monte-Cristo, mais il alimente l’imagination et la sensibilité d’un petit nombre, il n’est pas immense comme Monte-Cristo, pas aussi homérique, il n’est pas destiné à nourrir avec une égale vigueur et une aussi longue durée l’imaginaire collectif. »

Gramsci : « Il semble de toute façon qu’on puisse affirmer qu’une grande partie de la « surhumanité » nietzschéenne a simplement pour origine et pour modèle doctrinal non pas Zarathrousta, mais le Comte de Monte-Cristo d’A. Dumas »

Mais qui est vraiment le Comte Monte-Cristo ?

Comme l’auteur produisait des pages à la chaîne, il est fort possible que cette écriture automatique ne puisse cacher une bonne part de l’inconscient de son créateur. Et l’on sent en effet une certaine confusion entre le héros et Dumas.

C’est d’abord une créature qui a été le plus grand succès d’Alexandre Dumas. L’écrivain qui fuyait les créanciers, a bien vécu grâce à lui. Il s’est identifié à cet homme avec un immense trésor. L’un se venge des abus de pouvoir et l’autre de ceux à qui il devait de l’argent.

C’est une belle théorie complotiste. Notre âme pure et méritante est incarcérée car il dérange les plans de puissants arrivistes. La machination est triple. Elle implique la magistrature (Villefort), le parlement (Morcerf) et la finance (Danglars).

Et la solution est encore plus complexe, puisqu’elle suppose que les malfaisants aient d’autres casseroles. Il les coincera l’un pour une tentative d’infanticide, l’autre pour avoir vendu les gens qu’il était supposé protéger (Haydée, Ali-Pacha) et le dernier pour son appât du gain et ses magouilles financières.

Plus globalement, c’est la critique de l’opportunisme et de la corruption en haut lieu, avec les infidélités qui répondent aux incessants changements politiques de l’époque (Les Napoléon, les restaurations). Ce qui donne l’occasion aux gens en place de retourner leur veste.

  • D’autres périodes comme la dernière guerre permettront à nombre de compatriotes d’en faire tout autant. Le « bouclier » a bon dos.

Le récit pose le problème de la reproduction des élites et de la mobilité sociale. On voit bien que les enfants des protagonistes tendent à ressembler à leurs parents. Mais Dantès peut lui passer librement d’une strate de la société à l’autre. Il constate mais n’a pas l’intention de bousculer la société pour autant. Ses conclusions sont individualistes. Et en cela son message reste discret et n’effraie pas ses lecteurs.

La force de l’écrit. C’est une simple lettre de dénonciation qui envoie le héros au cachot de nombreuses années. Ce sont surtout des documents écrits qui vont confondre les méchants.

Caderousse : « J’ai toujours eu plus peur d’une plume, d’une bouteille d’encre et d’une feuille de papier que d’une épée ou d’un pistolet. »

Dumas connaît le pouvoir de sa plume lui aussi. L’écrit meurtrit plus souvent qu’il ne sauve.

La connaissance contre l’ignorance. Dantès est enfermé au château d’If dans une parfaite ignorance des faits qui lui sont reprochés. Il ne connaît pas plus les arcanes du complot complexe contre lui. Il n’est pas informé des revirements politiques de l’époque. Tel un Houdini enfermé dans plusieurs enceintes successives et comme lui dans un sac sous l’eau, il devra démonter un à un tous ces obstacles intriqués avant de voir la lumière et de recouvrer la liberté. Faria est celui qui préside à cette séquence d’initiation. Il renaît tel un Christ du troisième jour (Christ = Cristo) (Umberto Eco).

En conclusion, il faut se souvenir que Dumas était payé à la ligne, pas à la profondeur de ses leçons de philosophie. L’histoire est tortueuse car elle doit durer longtemps. Ne cherchons donc pas trop loin des intentions cachées de l’auteur. Par contre, rien n’interdit de lire entre les lignes. La précipitation dans la rédaction fait qu’on y voit aisément de grandes lignes de pensée.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Comte_de_Monte-Cristo_(film,_1954)

https://www.franceculture.fr/emissions/le-comte-de-monte-cristo/les-grandes-conferences-la-vie-et-loeuvre-dalexandre-dumas-le-comte-de-monte-cristo

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Comte_de_Monte-Cristo

Jean Marais
Lia Amanda
Roger Pigaut
Jacques Castelot

Comte de Monte-Cristo. Télévision. Avis. Jean Marais, Dracula, Superman – Résumé (1954) 8/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire