Controverse Valladolid – Film avis. Marielle – Trintignant – Carmet – Rembob’Ina (2018) – Résumé (1992) 8/10

Cette problématique essentielle, consistant à se positionner une fois pour toutes sur l’existence ou non de l’âme des autochtones d’Amérique, peut paraître scolastique de prime abord. Mais de ce jugement ont découlé de très sérieuses conséquences. Il révèle aussi des a priori qui ont été occultées pendant des siècles et dont on n’a pas fini de se débarrasser. Depuis 1550 pour être précis.

C’est notre éminent Jean-Claude Carrière, qui grâce à un travail honnête et minutieux, a exhumé patiemment les propos de ceux qui ont tenu en main le sort des Indiens d’Amérique mais aussi, par ricochet, celui des Noirs d’Afrique. Il en a fait un précieux roman.

Il s’est permis de rendre la dramaturgie plus parlante par l’unité de lieu, de temps et d’action. Dans la réalité les échanges ont été avant tout épistolaires, et bien plus étalés. Ce fut au grand bénéfice de l’Histoire, puisque les écrits restent, eux. Scripta manent verba volant.


Le moment venu, il en a fait un excellent téléfilm qui a laissé des traces dans nos mémoires.

Comme les adaptations libres au théâtre ne lui convenaient pas, il a enrichi la trame pour que cela soit correctement monté sur les planches.

L’émission Rembob’Ina, habilement conduite par Patrice Cohen, nous en apprend beaucoup et prouve une fois de plus sa pertinence. Merci à cet explorateur de formes nouvelles, ce revisiteur avisé de notre passé télévisuel.

La controverse a fait le tour du monde. Et quand on entend le témoignage de l’auteur, on ne peut qu’être bouleversé. Au Mexique, de jeunes élèves descendant des indigènes sont venus le voir après la projection et lui ont en demandé en pleurant si c’était vraiment comme cela qu’on considérait alors leur peuple. Si vous ne voyez pas là ce message qui traverse des siècles, je ne peux rien pour vous.

Le film se suffit à lui-même par l’excellence du traitement, la fidélité aux textes, le bien fondé des interrogations.

Il paraît que c’est même devenu un sujet d’étude au prétoire. Tant les échanges basés autant sur la raison que sur les sentiments, donnent un déroulé juridique passionnant.

Les acteurs sont de premier ordre. Et Carrière nous révèlent, chez Cohen, certains arrières plans.

Le dominicain Bartolomé de las Casas, qui habite totalement Jean-Pierre Marielle, est celui qui dans son for intérieur est persuadé que l’Indien, et peut-être aussi l’Africain, est son frère. Il sent cela profondément. Mais il a une épine dans le pied, ayant possédé un temps un esclave noir. Il ne se remettra jamais de cette apparente contradiction.

Le personnage joué par Trintignant, le théologien Juan Ginés de Sepúlveda, est plus technique, plus procédurier. Mais ni antipathique, ni malhonnête pour autant. Il se réfère aux écritures et ne craint pas d’aborder la question économique de l’esclavage. Carrière nous raconte que l’acteur pressenti devait faire un autre film, mais comme la justice divine lui a infligé un gros accident de moto, il a pu choisir ce rôle assis, où l’on ne voyait pas ses plâtres.

L’attachant mais modeste Jean Carmet, qui n’a jamais dépassé le rôle de curé dans sa carrière, est promu ici cardinal. N’étant pas un brillant intellectuel, il a du passer, comme ses compères d’ailleurs, par une séance de rattrapage, où on lui (leur) a expliqué les dialogues mot à mot. Dixit Carrière. Le Cardinal pense réaliser un habile compromis.

Le brillantissime scénariste oscarisé, résume l’enjeu de la controverse ainsi. La question est de savoir qui est cet autre, en apparence si différent de moi.

Il vient de disparaître il y a à peine quelques jours. Cela me touche.

Un téléfilm qui n’a pas pris une ride, en dehors de la piètre qualité du support. Il parle encore à tout le monde, tant ce puits intemporel est vertigineux.

https://institut.ina.fr/rembobina/rembob-ina-la-controverse-de-valladolid

https://replay.orange.fr/groups/LCPPS1541411655REMBO/videos

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Controverse_de_Valladolid_(t%C3%A9l%C3%A9film)

Jean-Pierre Marielle
Jean-Louis Trintignant
Jean Carmet
Jean-Michel Dupuis

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire