Gendarme de Saint-Tropez – Avis. de Funès – Geneviève Grad – Résumé. (1964-1982) 7/10

Le(s) Gendarme(s) de Saint-Tropez (1964-1982) 7/10 à 4/10

Les premiers de la série avaient l’avantage de la surprise et d’une certaine fraîcheur.

La moquerie sur les gendarmes ont souvent été un sport très populaire. C’est un peu passé de mode quand même.

Et il y a bien sûr, les prestations inégalables de Louis de Funès en Cruchot. Un comique universel, qui est reconnu comme tel dans de nombreux pays.

  • Nicole, ma très chère amie tchèque, avait été prénommée ainsi par ses parents, en hommage à la fille de Cruchot. D’ailleurs une fois venue en France, elle a eu comme objectif principal, de se rendre à Saint-Tropez. Et là « forcément » tout l’a séduit.
  • Il faut dire que c’était hors saison, dans une belle maison de pierre, située sur les hauteurs, avec de vastes espaces autour. On a déambulé dans des rues pratiquement désertes, sous une belle lumière. Elle se sentait chez elle. C’est une anecdote véridique.

Louis de Funès, en maréchal des logis-chef, a tout pour plaire. D’abord il déploie une expressivité complexe et à large spectre. Il passe de la plus vile obséquiosité envers les puissants, à la tyrannie absolue avec les faibles. Le tout avec des mimes d’Auguste, le clown rouge. Ce qui se passe de traduction. Tout le monde peut s’y retrouver, dans ses démonstrations hyperboliques sur la nature humaine.

Et il est doté d’un tempérament explosif qui réveille les plus blasés.

Il y aussi le méritant Galabru, son supérieur, qui décline les facettes habituelles du clown blanc.

Pourtant la recette initiale, un peu trop répétée, a fini par s’épuiser. Louis de Funès lui-même a grisonné et ses facéties ont semblé moins rigolotes.

Je pense par exemple au consternant, les gendarmes et les extra-terrestres. Il n’y a pratiquement rien à garder. L’intrigue est mal menée. Les gags sont de pâles resucées. On peut juste retenir l’astuce intéressante des E.T. qui rouillent.

Il n’y a eu qu’un seul réalisateur pour les 6 films, Jean Girault. Il a franchi le dernier stop, la même année que le navrant dernier épisode : Le Gendarme et les Gendarmettes (décès en 1982). Louis de Funès a avalé son sifflet l’année d’après (1983). On était bien à la fin d’un cycle.

  • Le Gendarme de Saint-Tropez (1964)
  • Le Gendarme à New York (1965)
  • Le Gendarme se marie (1968)
  • Le Gendarme en balade (1970)
  • Le Gendarme et les Extra-terrestres (1979)
  • Le Gendarme et les Gendarmettes (1982)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Gendarme_de_Saint-Tropez

Louis de Funès
Geneviève Grad : Nicole Cruchot
Michel Galabru
Jean Lefebvre
Christian Marin
Guy Grosso
Michel Modo

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire