Goupi mains rouges (1993) 4.5/10

Voilà un thriller paysan pas très fin et alourdi de surcroit par un pathos tenace. Comme dans un Agatha Christie tout le monde est potentiellement coupable et le plus accablé est bien entendu innocent. Quoique pas tout à fait… il avait quand même de mauvaises intentions.

Ce n’est pas Poirot qui dirige l’enquête mais les protagonistes eux-mêmes. Vous vous doutez bien que leurs méthodes ne sont pas tellement protocolaires et frisent clairement la violence et l’intimidation.

On a le droit à tous les clichés du genre. Les soupçons sur « l’étranger », l’endogamie, la rapacité et l’avarice du milieu, l’ignorance, la crasse, l’atmosphère glauque, le trésor caché etc

Cela ne tient pas vraiment debout et c’est assez enquiquinant. A réserver à ceux qui aiment qu’on leur fasse la gueule.

J’ignore si la première version réalisée par Jacques Becker en 1942 était meilleure, mais après ce sinistre tord-boyau de 1993, je n’ai pas trop envie de m’y replonger. J’ai pourtant l’intuition que ces dérivés du livre sont surtout l’occasion de bons gros portraits et dépendent ainsi pas mal de la distribution.

Celle de 1942 est prometteuse (profitez-en pour voir les multiples avatars de Goupi)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Goupi_Mains_Rouges_(film,_1943)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Goretta

Fernand Ledoux : Léopold Goupi « Mains rouges »

Georges Rollin : Eugène Goupi « Monsieur »

Blanchette Brunoy : « Muguet »

Robert Le Vigan : « Tonkin »

René Génin : « Dicton »

Line Noro : Marie

Arthur Devère : « Mes sous »

Germaine Kerjean : « Tisane »

Maurice Schutz : « L’Empereur »

Marcel Pérès : le gendarme Eusèbe

Albert Rémy : Jean

Marcelle Hainia : « Cancan »

Louis Seigner : Monsieur L’instituteur

Pierre Labry : Minain

Guy Favières : « La Loi »

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire