Gravity (2013) 8.5/10 Cuarón psychologue, philosophe, réalisateur génial

Gravity est une réalisation de très grande qualité. On la doit au réalisateur mexicain de « Roma », Alfonso Cuarón.

Voilà enfin un film catastrophe, profondément humain, sensible et intelligent. Ce n’est pas une de ces bêtes machines à fabriquer des émotions « cheap » et à faire du pognon (blockbuster).

Ce film est bien pesé (gravité) ; pas une minute d’ennui, pas une minute de trop, aucune graisse psychologisante, aucun pathos superflu, en dépit de ces graves circonstances.

Les acteurs sont vraiment dans le ton et savent faire passer un merveilleux message.

Tout est parfaitement dosé, maîtrisé, et arrive au bon moment. Une telle équation est incroyablement difficile à résoudre. Surtout que son traitement 3D nécessite littéralement une grande puissance de calcul.

  • J’ai vu ce film plusieurs fois. Et là, je voulais me coucher tôt, quand je suis retombé dessus. Il m’a été impossible de décrocher, alors que je connaissais parfaitement ce qui allait arriver. Cette « attraction » veut bien dire quelque chose.

C’est plus qu’un long-métrage sur la survie et sur l’exploit. Cela nous questionne sur le désir de vivre, sur l’être ou ne pas être.

Et cette réflexion se fait dans le plus signifiant des cadres : ici l’être est décuplé par cette force que nous projettent ces massives sphères ; et le regard est forcément plein de lucidité. C’est le plus net que l’on puisse avoir de l’infini.

Face à cela, il y a « la beauté du soleil sur le Gange », la rassurante flache de Rimbaud après le plus pénétrant des voyages ; c’est à dire juste un petit serpentin argenté symbolique, qui nous montre notre petitesse, notre finitude. Avec ce petit quelque chose de « chez nous » qui nous rassure.

Des particuliers payent des millions s’envoyer en l’air et ressentir tout cela.

Tous les philosophes, tous les mages, tous les prêtres, se sont tournés vers le ciel et les astres, pour essayer de comprendre. C’est pour eux, pour nous, un passage obligé.

  • Kepler malvoyant, a même figuré tout le système dans sa tête, en mettant en cohérence ce qui est en haut, les relevés de Tycho Brahe et ses propres formules. Peu sont capables d’une telle abstraction. Pour les Saint Thomas que nous sommes, il vaut mieux voir avec nos propres yeux, comme ici.

Nos héros astronautes sont étrangement nobles, car ils n’ont pas peur. Face à des tourments que ne pourraient pas supporter de simples mortels comme nous, ils restent profondément simples et humains. On les a sans doute choisi pour leur sang froid hors du commun.

Ce film n’est pas juste exceptionnel, il est essentiel. Ce qui ne l’empêche pas de fourmiller de jolies petites trouvailles, tant sur le plan technique, que scénaristique.

Sandra Bullock n’est pas mon actrice préférée. Mais là, elle a vraiment trouvé sa place. C’est un 10/10, sans aucune hésitation.

L’idée d’en faire une femme dégagée de toutes attaches et presque à la dérive, permet de puissantes interrogations. C’est en quelque sorte une feuille blanche où tout est à écrire, y compris ce possible message d’espoir qui concerne toute l’humanité. Ce n’est pas juste un banal « yes we can », qui tient lui de la stupide obstination. Désormais l’être humain est affranchi de toutes les tutelles ordinaires. Avec ce libre-arbitre qu’il a conquis de haute lutte, et il peut désormais lancer face au néant un « yes we may ». Le salut est une possibilité, mais plus une obligation.

George Clooney que l’on connaît blagueur, met tout son sérieux au service de la cause. Et là, où on pourrait trouver que son sacrifice est conforme aux canons hollywoodiens, sa modestie non feinte le rehausse bien au dessus du lot. Il n’a pas la prétention de faire de sa mort, une œuvre d’art, ou une offrande, qui pourrait lui rapporter quelque chose par la suite. C’est très sereinement, très humblement qu’il affronte son inévitable destin. Qui pourra en dire autant au dernier jour ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfonso_Cuar%C3%B3n

https://fr.wikipedia.org/wiki/Johannes_Kepler

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gravity_(film)

Oscar de la meilleure musique de film
Oscar de la meilleure photographie
Oscar du meilleur montage
Oscar du meilleur design de son
Oscar du meilleur mixage de son
Oscar des meilleurs effets visuels

https://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/21/gravity-deux-orphelins-du-cosmos-loin-de-la-planete-mere_3500485_3246.html

https://www.leblogducinema.com/portrait/masterclass-gravity-alfonso-jonas-cuaron-31625/
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire