Happy end (2017) 4/10 Michael Haneke

Un pastiche sinistre de Chabrol par Michael Haneke, réalisateur et scénariste.

Les ingrédients ? Une famille dysfonctionnelle de la grande bourgeoisie, de la froideur, de l’ennui… et Isabelle Huppert ! Exactement comme l’aurait fait le cancre de la nouvelle vague !

Dans ce petit mélo, il y en a qui veulent mourir, et d’autres qui aiment tuer. Et il y a des rapprochements possibles entre les deux.

Le tout sur fond de critique sociale palote, façon sixties.

Le fait qu’il y ait aussi Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz, ne nous écarte pas du vide.

Pour donner un coup de jeune, le réalisateur septuagénaire va jusqu’à nous forcer à lire des commentaires collés à d’étroites prises de vue au smartphone… Quel supplice !

Cela reste désespérant, confus, linéaire, simpliste et totalement ringard.

Les thuriféraires qui encensent en gentils disciples « l’oeuvre » de Haneke, arriveront sans doute encore à s’aveugler sur la vacuité du message.

Les céroféraires penseront : « Magnifique, cet immense vide cinématographique ».

Les cruciféraires auront les larmes aux yeux : « Il l’a fait exprès, c’est le Messie ! ».

N’est pas un génie de la médiocrité qui veut (*) En réalité, c’est vraiment « mortel ». Espérons donc enfin, que ce cinéma agonisant en finisse.

Haneke, je ne connais pas ton œuvre, et d’après ce que je vois là, je n’ai pas trop envie de m’y plonger. Je ne te veux aucun mal. Mais vu ta longévité de réalisateur, tu as assurément droit au repos.

  • (*) Un ami grand intellectuel a fort justement souligné ce trait de « génie de la médiocrité » pour qualifier le grand talent de Houellebecque.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Happy_End_(film,_2017)

Isabelle Huppert
Jean-Louis Trintignant
Mathieu Kassovitz

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire