Haseen Dillruba, beauté envoûtante. Taapsee Pannu, Vikrant Masse, Harshvardhan Rane. 4/10

Titre trompeur. Petite précision pour ce Bollywood là :

Taapsee Pannu qui nous fait l’indomptable Rani n’est pas si envoûtante que cela. Je la trouve même quelconque dans ce florilège Bollywood auquel on est habitué maintenant.

La chaîne Sony Max diffuse en permanence autant de pub que de romances indiennes. D’aucuns y verraient toujours le même genre de scénario. Le mariage est central dans ces liturgies d’un autre monde. Mais on peut jongler avec. Il est rare qu’on puisse tenir tout un long métrage qu’avec des bienheureux comblés par leur hymen. D’où la tendance à tout mettre en déséquilibre, quitte à se redresser dans le conformisme matrimonial d’usage à la fin.

Taapsee a fait un mariage arrangé. Les unions dites de raison sont fréquentes là bas. L’héroïne est incapable de faire un thé ou de cuire un aliment. Ce qui désespère la belle famille.

Elle découvre que son « Rishu », incarné par Vikrant Masse est fadasse et somme toute assez dépourvu de masculinité. Pour tenter de le réveiller, elle joue la paresseuse avec lui, mais aussi la maîtresse dominatrice, le laissant turbiner au ménage et l’humiliant de toutes les manières possibles. Mais elle finit par se lasser de ce jeu, tellement il est mollasson et a-réactif.

Lui même finit par se poser des questions. Sa sculpturale compagne n’est pas tant une affaire que cela. Agité par les questions glandulaires, il est tenté de voir ailleurs.

C’est là qu’intervient l’acteur bodybuildé Harshvardhan Rane. On voit bien aux mimiques de la belle, que cette femme frustrée ne pourra pas résister. D’autant que pour les relations sexuelles elle ne peut pas compter sur son époux légitime. Elle est tellement mordue du nouveau, qu’avec lui elle commence à faire la cuisine.

Pour avoir le champ libre, elle aurait finit par tenter d’assassiner le bon « Rishu ». Mais en réalité il n’en est rien. L’explosion peut s’interpréter différemment. Rani ne serait pas aussi clean que cela. Il a tué le bellâtre puis s’est auto-mutilé pour faire croire qu’il n’y était pour rien. Il a masqué le tout.

Le film commence avec le déballage de l’épouse à la police, selon les critères du scénario inversé.

Au final, comme de bien entendu, le couple légitime se reforme, malgré les blessures (un bras en moins quand même) – A croire que le code de moralité de Hays a encore cours là bas… Rassurez-vous, c’est le tricheur « Rishu » qui l’emporte.

Fallait-il vraiment faire un film de plus de deux heures avec cela ?

https://en.wikipedia.org/wiki/Haseen_Dillruba

https://en.wikipedia.org/wiki/Taapsee_Pannu

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire