Hospitalité – film – Japon (2010) 8/10 Fukada héberge Boudu

Mikio Kobayashi est un Japonais ordinaire. Petit imprimeur, il vit correctement avec sa nouvelle femme Natsuki, sa fille du premier mariage et sa sœur.

Mais un homme va se glisser dans la citadelle, Hanataro. Et c’est un malin. Il avance à pas mesurés. Il réussit à obtenir un boulot dans cette petite affaire. Il travaille bien et se rend indispensable, tout en feignant la nécessaire soumission. Le spectateur se laisse facilement berner lui aussi.

Notre homme obtient également d’être logé sur place. Il continue son travail de sape en introduisant sa compagne, une belle blonde, à la nationalité indéterminée (tantôt brésilienne, tantôt bosniaque).

Mikio et son épouse ne sont pas trop contents, mais bon, ils laissent faire.

Pour parfaire son coup, notre manipulateur fait coucher l’étrangère avec le patron. Il n’a plus alors qu’à exercer un discret chantage, pour obtenir ce qu’il veut.

Dans ce faubourg, on fait la chasse à des squatters étrangers. Des milices privées patrouillent. Il se trouve que notre Hanataro est en fait un trafiquant qui tire profit de ces immigrés illégaux.

Comme la traque aux sans papier atteint un paroxysme, il n’a pas le choix. Il fait venir un très grand nombre de ces personnes dans la petite demeure de Mikio. Cela craque de toute part. Et même la belle et jeune Natsuki va finir par découcher. Elle ira dans les bras d’un jeune chanteur japonais.

La police intervient et tous les importuns se barrent. Le couple initial se retrouve. Ils font le ménage. En clair, ils passent l’éponge.

C’est un film très bien réalisé et qui nous emporte facilement avec lui. Les approches psychologique et sociologique sont fines et crédibles. Et il n’y a pour ainsi dire pas de lourds jugements moraux dans ce film. Les acteurs, qui viennent souvent du théâtre, sont excellents.

L’argument de l’hospitalité bafouée est classique. On le retrouve, d’une autre manière, dans le Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir (1932)

Le réalisateur Kōji Fukada soutient qu’il s’est inspiré de Une nuit à l’opéra des Marx Brothers.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boudu_sauv%C3%A9_des_eaux

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hospitalit%C3%A9_(film,_2010)

https://www.imdb.com/name/nm4155844/

5 à table pour l’instant.
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire