I need a ride to California. Film Avis. Morris Engel. Lilly Shell, hippie cinéma. Résumé. (1968) 4/10

Un film qui se déroule en plein 68 à New-York. On y trouve tous les poncifs possibles sur ce que le grand nombre alors estime être des baba cool.

Le flower power est pris au pied de la lettre. Les uns et les autres cueillent des fleurs et se baladent dans la rue avec.

Ce ne sont pas des hippies, mais des acteurs très moyens et rien de plus. Munis d’accoutrements bizarres, qui sont taillés sur mesure, ils se contentent d’avoir un air bêtement réjoui.

L’actrice principale semble totalement nunuche, presque arriérée. Cette Lilly Shell, dans le film et en vrai, est fondamentalement solitaire et désespérément naïve. Elle se prendra quelques coups. C’est une jeune Californienne qui se ballade pieds nus et passe de l’un à l’autre, comme le veut la norme de cette tribu.

Voilà un film totalement ringard et sans consistance. Ce flottement permanent devait paraître cool.

Il y a une majorité de scénettes évocatrices d’amour libre, en insistant bien sur les couples mixtes noir et blanc. D’autres nous parlent de la guerre du Vietnam et de Nixon.

Quelle barbe quand le récit est si paresseux, sans véritable colonne vertébrale.

Et comme on s’ennuie ferme, le réalisateur Morris Engel a rajouté des itinérances sans buts précis, dans les rues de Greenwich Village. Les visiteurs de cette grande cité s’empressent de prendre en photo cette mascarade. Et c’est bien cela, un show d’hippies d’opérette pour touristes.

On note de nombreuses chansons mais qui nous sont totalement inconnues ; des musiques palotes du genre ballade.

Ce « truc » a eu droit aux honneurs de la MoMa (Museum of Modern Art)

https://www.moma.org/calendar/events/5847

https://www.imdb.com/name/nm12262777/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Morris_Engel

Truffaut : « Notre Nouvelle Vague n’aurait jamais eu lieu si le jeune Américain Morris Engel ne nous avait pas montré la voie de la production indépendante avec son beau film, Le Petit Fugitif. »

– – –
I need a ride to California. Film Avis. Morris Engel. Lilly Shell, hippie cinéma. Résumé.  (1968) 4/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire