Inspecteur ne renonce jamais. Clint Eastwood. 3/10

Je n’ai pas envie de faire la critique de ce film. L’Inspecteur Harry, j’ai déjà donné.

Je n’ai pas envie non plus de le voir en entier.

D’emblée la réalisation de James Fargo et le scénario de Stirling Silliphant et Dean Riesner sentent les mauvaises années 70 (1976)

Des clichés en veux-tu (non) en voilà. Un machisme de pacotille. Une prise d’otage qui donne l’occasion de donner au public niais sa dose de violence – Cheap thrills.

Un Clint Eastwood conventionnel voire conformiste. C’est l’Américain moyen déguisé en superman. Il a du mal à se départir de ses rôles de redresseur de tort et cow-boys. C’est l’anti-intellectuel qui fait avancer ses « idées » (hum) par la menace et le coup de poing. Y compris chez les siens. On voit cela, près de 50 ans après, chez Trump et autres populistes. Ils n’en sortiront donc jamais.

Une recette éculée, avec le flic taiseux mais qui sait et la novice un peu bavarde et qui doit faire ses preuves (Tyne Daly). Un film qui se contente de surfer sur les opus précédents. Ça sent le fric facile.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27inspecteur_ne_renonce_jamais

https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Fargo

https://fr.wikipedia.org/wiki/Clint_Eastwood

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire