Jade. Film Friedkin avis. Résumé. 2/10

Jade est clairement du mauvais cinéma à l’ancienne.

C’est avant tout un thriller peu intelligent, par la faute de scénaristes en panne ; mais aussi car il ne doit pas y avoir de prise de tête du spectateur. On est supposé se mettre à leur niveau.

Si vous voulez savoir qui sont les gentils et les méchants, il suffit de vous fier à votre pif. Tout doit être lisible par tous. Les conventions sont nombreuses et impossibles à outrepasser.

La « preuve » qu’il faut aller voir ce film, se trouve à l’affiche avec les vedettes classiques de l’écran.

Et donc, on vous gave d’aliments peu ragoutants, qui sont supposés être votre pâtée préférée :

  • de la violence omniprésente avec des conséquences sanglantes bien visibles.
  • du sexe autant qu’on peut vous en montrer. Et l’érotisme est sordide façon guêpière, accessoires lubriques et bar à putes.
  • des femmes qui sont soit des femmes mariées par intérêt, soit des prostituées. Et donc plus ou moins la même catégorie.
  • Tout s’achète et on vous fait comprendre que vous devez avoir du blé pour vous payer la dernière voiture à rendre jaloux votre entourage. Dans cet enfer consumériste, la fortune est recommandée pour posséder les plus belles « femelles » ; crinière au vent dans le goût de l’époque.
  • La richesse est nécessairement tapageuse et insolente. On peut rire de ces décors intérieurs hollywoodiens qui passaient pour le summum du luxe. Ils auraient mieux fait de tapisser les murs de billets de 100 dollars. Cela aurait été plus « lisible ».
  • la corruption est généralisée. C’est une perpétuelle lutte pour le pouvoir. Les élites trichent, manipulent, pervertissent et inféodent tout le système. Pour avoir les postes qui rapportent, il faut d’abord « payer ». Il y a peu de téléfilms ou de films à part entière, dans cette catégorie, qui disent autre chose. Et ce martelage stupide sur les nantis finit par imprimer. Cela a fini par donner l’antiparlementarisme crasse actuel.
  • et si on commence à grattouiller du côté de la crème, la réaction ne se fait pas attendre. On est dans ce pays bizarre où il suffirait de supprimer les témoins pour arrêter l’action en justice. En tout cela nous est toujours montré comme cela. L’institution judiciaire est également attaquée.
  • L’action est de niveau cour de récré. Des menaces nez à nez, de la castagne, de la tuerie, des ruses sommaires comme avec ces voitures bélier. Des poursuites, car dans le temps la voiture était à la mode, surtout dans son usage comme arme. A San Francisco il est aussi de bon ton de couper les circuits de frein, car cela permet de frissonner sur les pentes à la Bullitt.

William Friedkin  a commis cette horreur en 1995. Le même avait fait L’Exorciste (1973) et French Connection (1971)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jade_(film)

Jade. Film Friedkin avis. Résumé. 2/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire