J’embrasse pas (1991) homosexualité contrainte, prostitution. Aucun pédé peut dire je suis pédé. Téchiné. 8/10

La plupart des films de Téchiné nous dérangent. Et ce n’est pas forcément dans le bon sens du terme.

Celui-ci semble échapper à certaines difficultés et nuisances qui parasitent sa production. Il est plus délié et moins grinçant que d’autres créations. Et autant le dire tout de suite, pour une fois j’ai apprécié.

Pourtant le sujet n’est pas facile. Il s’agit de l’engrenage de la prostitution masculine occasionnelle dans les grandes villes. Des jeunes déracinés, en rupture familiale, désorientés, tombent là dedans par nécessité. Pour certains, il ne s’agit même pas d’un penchant sexuel. Ils font donc cela doublement à contrecoeur.

Téchiné nous jette cela à la figure. Et sans doute fait-il une œuvre utile. Le réalisme et la plausibilité d’un tel parcours sont affirmés. Le choix d’un jeune comédien assez malléable, au centre de l’histoire, aide à rendre cela plus tangible.

A se demander si André Téchiné n’est pas passé par là, soit comme consommateur, soit comme acteur. Soit les deux. Dire cela est assez respectueux, car il s’agit de témoigner d’un certain talent dans la réalisation d’une possible fiction.

A noter cependant que son insistance à faire des films sur le thème de l’homosexualité, ainsi que son coming-out répété régulièrement ; lèvent le doute.

  • Comme on le verra Philippe Noiret s’inscrit ici dans la mouvance gay parisienne. Et on ne peut pas dire que cela colle à la vie du comédien, bien marié et même grand-père. On peut donc considérer aussi l’ensemble comme une fiction…
  • Téchiné lui fera dire une phrase intéressante : « aucun pédé peut dire avec certitude, je suis pédé »

Plein de rêves juvéniles, un gamin échappe à ses austères Pyrénées natales, pour monter à Paris. Il est assez bien joué par un jeune acteur méconnu Manuel Blanc.

Celui-ci à 23 ans lors du tournage mais il en paraît moins. D’ailleurs dans la fin du film, on parle d’un appel anticipé à l’armée. A cette époque cela se faisait bien plus précocement.

Il aurait bien voulu être comédien, mais il doit rapidement se rendre compte qu’il n’est pas compétent pour cela. Plutôt limité dans sa tête, il ne comprend pas les rôles et se plante totalement.

Il est hébergé chez une femme bien mûre, pas très jolie et coincée, Hélène Vincent. Il arrive pourtant à démarrer une relation avec elle.

A l’occasion d’un petit boulot, il rencontre Roschdy Zem. Avec lui, il en apprend de belles. Le franco-marocain est hétéro, mais il fait des passes homo pour arrondir ses fins de mois. Il emmène le petit à une soirée amicale chez de vieux homosexuels. Dont Philippe Noiret qui est dans le show biz. Cela pourrait aider

Hélène, bourrée de scrupules et d’interdits, met un terme à cette idylle avec ce très jeune Manuel.

Il n’a pas de revenu, plus de logis et donc il se retrouve à la rue.

Pour s’en sortir, il veut se prêter à une relation tarifée, mais il n’embrasse pas et fait le service minimum. Après pas mal d’hésitations, il finit par se lancer dans ce job occasionnel du trottoir. Il perd de son innocence et de sa belle candeur, ce que lui reprochera le vieux beau Philippe Noiret.

Mais il gagne assez bien sa vie.

Dans les mêmes lieux de la nuit, il rencontre fortuitement la crispante Emmanuelle Béart. C’est une petite pute qui est maquée. Et comme le gamin la désire, cela va être très compliquée. Pourtant une petite relation amoureuse va les unir discrètement. C’est la fable de la prostituée possiblement tirée du ruisseau.

Mais comme on s’y attendait depuis le début, la situation va devenir mélodramatique. Violé et corrigé très brutalement, il va quitter le « métier » des rues sombres. La Béart va elle continuer dans son impasse.

Le jeune se retrouve volontairement troufion et démarre donc une autre vie, plus classique. La parenthèse désenchantée se referme. Mais notre visiteur de la nuit n’a pas de regrets.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_T%C3%A9chin%C3%A9

https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27embrasse_pas

J’embrasse pas (1991) homosexualité contrainte, prostitution. Aucun pédé peut dire je suis pédé. Téchiné. 8/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire