Kung Fu killer. Film Avis. Donnie Yen – Résumé. (2014) 6/10

Un film d’action, comme on dit. (Kung Fu Jungle)

Quand on lâche le mot Kung Fu, la réflexion se met automatiquement en stand-by. Et compte tenu de la cible, mentalement jeune (hum), c’est bien comme cela.

Le Kung Fu cela fait belle lurette qu’on le met à toutes les sauces.

Tôt ou tard on nous infligera un Kung Fu sur Mars ou sur Vénus, avec des extra-terrestres. La menace est réelle car il y a déjà eu des Kung Fu et les vampires, Kung Fu et les pirates, les filles font du Kung Fu, le kid fait du Kung Fu, Kung Fu dans le Bronx

En attendant les scénaristes ont eu l’astuce de nous fabriquer de toutes pièces un serial killer Kung Fu, pur jus. Quel que soit l’avatar, le principe est éternel, avec au centre comme toujours le puissant ressort de la vengeance. Les westerns ne font pas différemment.

Le très efficace tueur au pied-bot, se sent lésé. Pour satisfaire son ressentiment il a établi une belle liste de commissions. Soit autant de crimes vengeurs à commettre. Il doit éliminer toutes ces personnes qu’il a déclaré nuisibles. Ce sont les plus grands professionnels dans l’art de combat. Rien de moins. Mais pour nous bien entendu ce sont des gentils. Quoiqu’on s’en fiche un peu vu qu’ils vont perdre les combats et qu’on ne le verra pas longtemps à l’écran.

La police est impuissante. Elle permet à un prisonnier instruit dans ces arts martiaux de mener les recherches. Lui sait que l’ordre des victimes est rituel. Il peut donc prédire qui sera la prochaine victime et de quelle manière elle sera attaquée.

Ce n’est pas de sa faute s’ils arrivent toujours en retard. Et cela arrange bien les spectateurs qu’on n’interrompe pas trop vite cette série de pugilats acrobatiques. Car c’est cela le spectacle.

Toutes les ficelles du genre sont mises à contribution, avec à chaque fois la tentation d’aller plus loin encore. Pour les occidentaux rationnels cela pourrait vite apparaître comme des sommets d’improbabilités. Mais pour ceux qui partagent cette culture populaire, et pour tous les fans acquis à la cause, il n’y a rien de fondamentalement impossible. Les sauts vertigineux sont légions, avec tout le folklore de grimaces qui va avec.

Le crescendo haletant est typique de l’exercice. Le public qui arrive au bout, est exténué, façon purge et/ou catharsis.

A noter que ce film, qui nous fait voir du pays, est à la fois de Chine au sens large et de Hong Kong. La grande réconciliation sur un sujet absolument pas suspect politiquement parlant. Le président Xi Jinping peut dormir tranquille.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kung_Fu_Jungle

Donnie Yen
Wang Baoqiang

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire