Las 13 rosas (Les treize roses) (2017) résumé histoire 8/10

C’est un film espagnol à charge, contre un épisode célèbre des exactions du franquisme.

Voir l’avis Libre Critique sur Avis critique. Las 13 rosas. Franco. film espagnol (Les treize roses) (2017) 8/10

Résumé :

Treize très jeunes femmes et de nombreux hommes, sont pris dans les filets de la police politique du Caudillo.

L’intrigue est basée sur des faits réels.

Le scénario est bien mené. On se laisse surprendre.

L’ensemble reste cependant assez linéaire et univoque. Mais pouvait-il en être autrement devant tant de faits, de souffrance et de détresse, à résumer en 2 heures ?

A la base, des jeunes d’une vingtaine d’années, un peu plus ou un peu moins, qui ont des sympathies socialo-communistes ou qui sont en couple avec des socialo-communistes. En ce qui concerne les filles, ce ne sont pas des militantes fanatiques, mais plutôt une joyeuse bande d’amies idéalistes.

Des tortionnaires obtiennent d’elles des aveux ou de faux aveux, par la ruse et par les tortures. Toute une équipe se fait prendre sans même que les filles aient à balancer directement. En tout cas, c’est montré comme cela dans le film.

Il suffit qu’on balade une de ces pauvresses dans la ville et qu’on scrute celles qui iront vers elle. Et voilà, une de plus dans la nasse.

Tout cela est mis en lumière crûment. C’est l’arbitraire le plus révoltant, mais corseté d’un semblant de justice. Rien à envier aux Nazis.

La collaboration église/état de type césaro-papiste n’arrange rien.

Elles finissent en prison.

Dans les geôles surchargées de Franco, ces attachantes « gamines » trouvent encore le temps de chanter et de rire, entre deux tourments. On peut penser qu’elles ne feraient pas de mal à une mouche. Cette délicatesse rend encore plus criantes les injustices.

Le salut franquiste et le chant patriotique fasciste sont obligatoires pour les détenus. Elles s’y plient au début. Puis dans un certain esprit d’équipe, elles finissent par refuser de s’y conformer. En plus, elles font des farces qu’elles pensent drôles, comme de lâcher des souris au milieu du culte religieux obligatoire. Un peu comme des collégiennes indisciplinées. Il ne s’agit donc pas d’héroïsme caricatural ici.

Le problème, c’est que « le conseil de discipline » qui doit statuer sur les écarts de ces pauvresses, est un tribunal militaire. Il prononce la peine de mort pour ces « facéties », au nom de la défense la religion et autres principes.

Voir à présent l’avis sur Avis critique. Las 13 rosas. Franco. film espagnol (Les treize roses) (2017) 8/10

(*) au piquet celui qui pense en ce moment à « Papy fait de la résistance » (1983)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Las_Trece_Rosas

  • Carmen Barrero Aguado (20 ans, modiste).
  • Martina Barroso García (24 ans, modiste).
  • Blanca Brisac Vázquez (29 ans, pianiste).
  • Pilar Bueno Ibáñez (27 ans, modiste).
  • Julia Conesa Conesa (19 ans, modiste).
  • Adelina García Casillas (19 ans, activiste).
  • Elena Gil Olaya (20 ans, activiste).
  • Virtudes González García (18 ans, modiste).
  • Ana López Gallego (21 ans, modiste).
  • Joaquina López Laffite (23 ans, secrétaire).
  • Dionisia Manzanero Salas (20 ans, modiste).
  • Victoria Muñoz García (18 ans, activiste).
  • Luisa Rodríguez de la Fuente (18 ans, modiste).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Las_13_rosas_(film)

Nadia de Santiago
Goya Toledo
Marta Etura
Asier Etxeandía

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire