Le Cycliste. Stasi et Harald Hauswald. Marc Thümmler. 8/10

Quelle excellente idée ! Certes, on a l’habitude de dire qu’une image vaut mieux que 1000 mots. Mais ici on a la preuve que 100 images comptent plus encore, si elles sont accompagnées chacune de 1000 mots judicieux.

***

Le photographe Harald Hauswald, né en 1954, a vivoté en RDA. Il vient du côté Saxe. Mais ce rebelle talentueux a vécu à Berlin-Est. Une mine pour les instantanés en « noir et blanc » ou plutôt en « gris et très gris ».

Il n’est pas connu en France, au point qu’il n’a pas encore sa page Wikipédia dans notre langue.

Lorsqu’il était à l’Est, la Stasi l’a suivi pas à pas et les petites mains ont rédigé des rapports.

Le réalisateur Marc Thümmler met donc en parallèle les très bons clichés de l’artiste et les commentaires sur le vif, faits par les espions à la solde du régime. C’est réalisé en 2008, après ouverture des archives. Et les deux versions « traqueurs et traqué », matchent souvent excellemment. Cela est du au fait que l’homme suivi, ne sort pas sans son appareil photo. Lorsqu’ils écrivent « il fait une photo de … », on voit le tirage en noir et blanc, qui coïncide fort opportunément’, c’est le secret de ce documentaire. Vraiment un témoignage original et frappant.

Les sbires de la Stasi martèlent que le « Radfahrer » (Le cycliste = Hauswald) est plus à l’Ouest dans sa tête qu’à l’Est. Ce qui n’est pas faux.

La propagande sur l’essor du paradis communiste, n’a pas de prise en face à des évidences peu reluisantes, et dont on peut facilement prendre ce monde rêvé à défaut. Ces clichés sont aucunement trafiqués. Personne ne joue. Les lendemains qui chantent s’éloignent au fur et à mesure que le temps passe.

Ce lutin doué expose sa production de l’autre côté du rideau de fer, souvent sous un faux nom. C’est connu du régime et cela ne leur fait pas plaisir. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne le musellent pas plus que cela. Un constat sans pathos.

Ils se permettent des jugements sur ses créations, qui en effet, tendent à montrer les côtés sombres du régime, en particulier la décrépitude du bâti, la pauvreté grandissante… Mais ils témoignent aussi de cette jeunesse qui vire skinhead, tout en se rangeant sous la faucille et le marteau. On a presque un jugement objectif, ce faisant.

***

L’oeuvre-témoignage est accueillie avec enthousiasme en Allemagne de l’ouest, car cela conforte les choix libéraux et puis c’est quand même très réaliste. Mais ce brûlot est reçu avec détestation par ceux qui défendent encore la dictature communiste de RDA ; soit la nomenklatura et les personnes mouillées quasi exclusivement.

***

La chute du mur amènera à relativiser aussi le paradis libéral mais aussi les vertus de la sociale-démocratie occidentale.

*

https://de.wikipedia.org/wiki/Harald_Hauswald

https://en.wikipedia.org/wiki/Harald_Hauswald

Envoi
User Review
5 (1 vote)

Laisser un commentaire