Le Mystère von Bülow (1990) 7/10 Barbet Schroeder, teasing judiciaire, grande affaire

Le professeur  Alan M. Dershowitz est l’avocat qui a obtenu l’acquittement de Claus von Bülow dans le procès en appel.

La première instance l’avait reconnu coupable des tentatives d’assassinat de sa femme, la riche  Sunny von Bülow. La pauvre persistera des décennies dans un état végétatif.

C’est curieux et somme toute peu déontologique qu’un professionnel sort de pareilles choses sur son client, en écrivant un livre sur lui et son affaire. D’ailleurs cet homme du côté du droit, n’est pas sans casseroles.

Le film, qui est basé avant tout sur le récit de ce Dershowitz, lui laisse évidemment la part belle.

  • Cet homme a quand même été aussi le défenseur de O. J. Simpson. Il en fera aussi un bouquin. Décidément !

Barbet Schroeder s’engouffre donc dans ce parti pris littéraire pro domo. On y traite en long et en large des procédures américaines, ce qui peut lasser un public français. Le professeur et son équipe acharnée découvriront des failles. On est bien content pour eux, mais la préparation de la tambouille ne captive pas plus que cela.

L’idée générale est que Dershowitz croit d’abord le mari coupable. Mais en bon avocat, il se doit d’assurer sa défense sans états d’âme. Claus von Bülow incarné par Jeremy Irons est montré comme un arriviste antipathique mais séducteur. Outre la bagarre de procédure et les mises en cause de prétendues preuves, Dershowitz finira par accepter le principe qu’il puisse être innocent.

La conclusion sera cependant partagée. En somme, l’intoxication qui a rendu l’épouse légume, aurait pu être accidentelle ou suicidaire. Mais le mari n’aurait rien fait pour sauver sa femme. Laquelle était agressive, dominatrice et alcoolique.

Jeremy Irons obtient l’Oscar du meilleur acteur pour sa prestation. Mais je ne suis pas si emballé que cela. Peut-être que le doublage ne lui rend pas justice.

Glenn Close me laisse toujours aussi froid.

Ce n’est pas tellement le film qui mérite ce 7/10, mais l’histoire dont on parle. Espérons qu’une enquête télévisée comme on sait si bien les faire maintenant, nous en donne plus, et écarte les biais dus au fait d’être juge et partie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Myst%C3%A8re_von_B%C3%BClow

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claus_von_B%C3%BClow

On lit dans le texte ci-dessus de wikipédia, quelque chose qui est plutôt en faveur de la culpabilité de Claus et dont le film ne parle pas (procédure civile postérieure au film ?) :

« L’affaire est alors close pénalement mais les enfants du premier mariage de Sunny von Bülow attaquent alors leur beau-père au civil. Ils lui réclament 60 millions de dollars de dédommagement. Les deux parties acceptent de négocier et aboutissent à une transaction. Les poursuites judiciaires sont arrêtées mais Claus von Bülow doit renoncer à sa part d’héritage, observer le silence sur l’affaire et divorcer »

Ceci ressemble au cas O. J. Simpson innocent au pénal et coupable au civil !

Jeremy Irons
Glenn Close
Ron Silver

Le Mystère von Bülow (1990) 7/10 Barbet Schroeder, teasing judiciaire, grande affaire
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire