Le rouge est mis (1957) 5.5/10 Grangier, Audiard

Je pourrais reprendre une bonne partie de ce que j’ai écrit pourLe deuxième souffle (1966)

Dans ces films de gangsters des années 50 et 60, il y a peu de rescapés. Les réalisations de ce genre, qui se prenaient très au sérieux, sont pratiquement toutes passées à la trappe.

Seules peut-être, celles qui ont fonctionné sur l’humour, la parodie, ont conservé un certain attrait. Mais n’est pas Audiard qui veut.

Et justement ici le co-dialoguiste c’est … Audiard. On a au moins des répliques intéressantes.

On retrouve des allusions au code de l’honneur des voyous, mais là très clairement, il y a des accrocs au contrat.

Il reste encore ici, le grand bal des acteurs. On retrouve donc avec plaisir ces amis de la famille, et chers disparus, que sont, Jean Gabin, Paul Frankeur, Marcel Bozzuffi, Lino Ventura. Il y également Annie Girardot qui sortait toute fraîche de le Comédie française. J’ai eu l’occasion de l’observer une fois en vrai, il y a fort longtemps au « Bains-douches » à Paris. La belle était passablement fanée et les abus de toutes sortes étaient bien visibles. Dommage !

Ici aussi :  … l’histoire est riche, et à part quelques détails, elle conserve une assez belle cohérence. 

A voir par nostalgie et pour une certaine idée du travail bien fait.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_rouge_est_mis


Jean Gabin

Paul Frankeur
Marcel Bozzuffi
Lino Ventura
Annie Girardot
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire