L’Épreuve de force (1977) Clint Eastwood alcoolique, trou de balle prétentieux 4/10

Ce n’est pas le premier film de Clint Eastwood en tant que réalisateur + acteur. Il a démarré en 1971 avec Un_frisson_dans_la_nuit.

Revu ici :

Pourtant on sent encore de l’amateurisme dans tout cela. Il y a ce manque de sobriété, cette volonté de trop vouloir nous impressionner, qui parasitent le propos.

De plus le scénario de Michael Butler et Dennis Shryack n’est pas folichon.

C’est l’histoire classique de la protection difficile d’un témoin. Ce thème hante un certain cinéma américain. On n’échappera donc pas à tout le cortège des présupposés qui va avec : la mafia, le bon flic, les mauvais flics, la corruption, les poursuites, le road movie, les coups de feu, les morts, les rescapés… et la victoire du bien à la fin.

Ici pour égayer un peu, la personne à protéger et convoyer est une jeune prostituée qui ne se laisse pas faire. Elle en a le style et l’accoutrement. Elle sait faire « vulgaire ». Même si on nous assène à un moment qu’elle a été à l’université.

Clint Eastwood est un policier aussi consciencieux qu’imbibé d’éthanol Son penchant pour le whisky n’a pas tellement d’incidence d’ailleurs. Comme Eastwood lui-même, à une certaine époque, il tient étrangement bien l’alcool. Étrange, car souvent cela correspond à une signature de l’alcoolisme.

Le film ne tient pas debout en raison de ses exagérations. Le méchant flic en chef déclenche une véritable guerre contre ces deux là. Il y a un nombre énorme de véhicules et d’agents mobilisés, alors qu’au minimum, il devrait les éliminer discrètement.

A trois fois on assiste à un canardage inimaginable. Une maison est tellement prise sous un feu nourri et exagéré, qu’elle est toute trouée et qu’elle s’effondre finalement. C’est ridicule. Surtout qu’il faut inventer un souterrain et un vaste tunel pour que les gentils s’en sortent.

Clint nous refait la même scène de tirs groupés méticuleux par deux fois encore. D’abord il s’agit d’une voiture qui devient une vraie passoire et après c’est le tour d’un autobus avec des trous de balle soigneusement répartis sur tous les 5 cm de carrosserie. A priori on ne devrait voir cela que dans une parodie.

Le film montre régulièrement de telles impossibilités ou des stupidités. Comme cette mise à prix, par voie de côte sur un cheval ringard, qui a le même prénom que la pourchassée. Ou cette confiscation de moto dans un grand groupe de Hell’s angels.

Cela en devient navrant et donne envie de finir en accéléré. On sait pertinemment que le témoin ira au tribunal et fera le job et que nos deux héros vont finir par s’apprécier et s’aimer. Qutimporte l’état dans lequel ils se trouvent à la fin, pourvu qu’ils aient l’ivresse…

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%89preuve_de_force

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire