Les Passionnées. Pédophilie ? Inceste ? Ornella Muti, Eleonora Giorgi, Gabriele Ferzetti. Avis film. 6.5/10

Avec ses semblants d’émancipation, Les Passionnées (Appassionata) est bien un film européen de ces années là (1974).


Mais dans le fond, on dirait un roman feuilleton licencieux ou un opus d’une Série Rose. Inutile de revendique l’érotisme à part entière.

C’est à dire que, bien qu’il y ait un prétexte cinématographique classique, le spectateur libidineux peut se rincer l’œil à quelques reprises. Ce sont de rares scènes « osées », comportant de claires représentations d’accouplement. Mais il n’y a pas de pornographie dans le sens habituel. Tout est mimé… enfin je l’espère.

  • De nos jours, ce genre hypocrite de l’entre deux, a pratiquement disparu. Il a laissé la place à des talk-shows grivois et des émissions psychologisantes et/ou vaguement scientifiques sur les divers aspects du coïts. Seul rescapé, Cinquante Nuances de Grey que je n’ai absolument pas envie d’aller voir.

Mais dans cet opus du milieu des années 70, il y a plus provocateur que cela.

Le film montrent des lycéennes chaudasses, qui cherchent à se faire déniaiser rapidement. Elles sont plus ou moins mythos mais arrivent à leur fins. Jusque là c’est acceptable, sauf à se réfugier derrière les règles du Code Hays (censure implacable terminée en 1966).

L’une de ces perverses, la blonde (en fait la rousse), le sera par le père de son amie, après des simulations d’évanouissement bien a propos. Plus tard elle aura une sorte de jeu sexuel avec son grand chien !

L’autre, la brune, convoitera son propre paternel. Elle se glissera dans son lit, si l’on en croit les dernières images. On pense pouvoir l’identifier par la couleur des cheveux. Les deux sont plus en connivence qu’on croit.

Le prédateur « involontaire » des deux, est le même personnage. C’est un dentiste entre deux âges, joué par Gabriele Ferzetti. Un acteur italien qui a une filmographie interminable. Une pointure dans son genre, mais qui n’a pas hésité à se fourrer dans ce long-métrage assez curieux.

La fille vicieuse du praticien, n’est autre que Ornella Muti. Et l’on se pince tout au long du film pour se convaincre qu’il s’agit bien de notre Ornella, de celle qui a eu un si beau parcours par la suite. Là elle a 20 ans et est resplendissante. Mais dans le scénario, on lui en donnerait 14 parfois 16. Le réalisateur et scénariste Gianluigi Calderone fait tout pour nous la montrer dans son plus simple appareil.

La copine, non moins délurée, est la ravissante Eleonora Giorgi. Une absolue bombasse, d’aspect très adolescent, avec des minauderies à la David Hamilton. Elle se découvre tout autant et montre donc largement ses trésors. Là encore les 22 ans en réalité, ne semblent que 14 à 16 tout au plus.

  • Ces années là, dans le prolongement de la poussée libertaire soixante-huitarde, n’étaient pas claires avec les relations hommes mûrs et adolescentes. Certains avaient même reculé les limites d’âge encore plus bas.
  • Maintenant on fait le procès en pédophilie de Gabriel Matzneff, Daniel Cohn-Bendit, Michel Foucault, Louis Althusser… Pas mal de « penseurs » revendiquaient haut et fort la dépénalisation des relations avec les très jeunes.

Retour au film. On ne doit pas oublier la femme du chirurgien. Celle qui est incarnée par Valentina Cortese, déraille pleinement, selon des représentations psychiatriques typiques de cette époque. Les yeux hagards seraient révélateurs. Excessive, maladive, au point d’incommoder tout le monde, elle se bat vigoureusement au piano avec l’Appassionata de Beethoven. D’où le titre italien à double sens. Vu le regard perdu et angoissant de la « vieille », pas étonnant que le « vieux » ait eu parfois des démangeaisons, avec des envies d’aller voir ailleurs. Sa fille joue avec elle et sa maladie, ce qui renforce les soupçons de perversité de la jeune.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Passionn%C3%A9es

https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rie_rose

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Hamilton

https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_Hays

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire