Les Trois Mousquetaires – Les Ferrets de la reine (1961) 7.5/10

On connaît par coeur cette histoire :

L’arrivée à Paris de l’impétueux gascon d’Artagnan.

Les maladresses, les trois duels. Les trois caractères complémentaires : Athos, Porthos et Aramis. L’intégration au sein des mousquetaires du Roi. La rivalité avec Richelieu. Les écarts de la Reine avec son duc de Buckingham. L’imprudence de lui avoir donné en gage les ferrets diamantés. Le bal annoncé où la Reine doit absolument montrer ces bijoux. La compétition entre les mousquetaires dont surtout d’Artagnan avec milady de Winter associée aux soldats de Richelieu. Le suspense finale et la victoire des gentils.

C’est quand même moralement curieux que Dumas père défende le point de vue de la gaudriole avec cette reine infidèle (une Autrichienne !) et qu’il flatte les anti-Richelieu. Alors que ce dernier est un des grands initiateurs de l’État moderne et du renforcement du pouvoir royal. Il est même le fondateur de l’Académie française. On passe sur les mauvais côtés.

C’est joliment filmé avec de belles couleurs et des images frappantes. La France éternelle et non défigurée est magnifique en grand écran – dont Semur-en-Auxois. Ville que j’aime.

Il y a un peu trop d’escrime pour ma petite tête. Ça me fatigue maintenant. J’ai sans doute perdu mon esprit d’enfant bagarreur. A l’inverse, je suis plus sensible aux présences féminines que je ne le fus à l’époque.

  • Gérard Barray est d’Artagnan. Il a de la présence. Mais qu’est devenu cet acteur qui a d’abord été ingénieur ?
  • Il est toujours agréable de voir Mylène Demongeot tourner. Même si ici son rôle est assez limité.
  • Le sourire de Perrette Pradier est ravissant. On la croit quand elle négocie ses charmes. Elle est bien présente elle.
  • Georges Descrières est tel qu’en lui même, en gentleman cambrioleur comme en Athos un brin distant.
  • L’alsacien Bernard Woringer fait le job en Porthos le compagnon gros lourd.
  • Et Jacques Toja bien entendu joue plus fin en Aramis
  • Jean Carmet fait un bon serviteur de cette fine équipe.
  • Mention spéciale pour le grand Daniel Sorano en cardinal de Richelieu. Il tient parfaitement le rôle tant physiquement que mentalement.
  • Il y a plein d’autres interprétations qui tiennent la route comme par exemple Guy Tréjan en Louis XIII.

Du bon boulot ! Avec ce bon goût de c’était mieux avant.

Le réalisateur Bernard Borderie a fait quelques films notables et toujours avec un certain panache, qu’on pourrait dire « à la française »  : dont la Môme vert-de-gris et cinq Angélique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Trois_Mousquetaires_(film,_1961)

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire