Maîtres des abeilles. Turquie, 2 rivaux, 1 trésor. Avis Arte. Miel karakovan 7/10

France 2018.

Les Lazes du Kaçkar (nord-est de la Turquie) qu’on nous montre ici, sont profondément sympathiques et correspondent à cette image idéalisée d’Arte, d’hommes en symbiose avec la nature.

Ce vieux monsieur au bon sourire, traite ses abeilles comme ses filles. Il n’a eu que de garçons. Mais il fait aussi un bon business avec ces récoltes de miel à 120 euros le kg.

C’est cher car c’est rare, difficile à produire, et bon. La qualité particulière vient du fait que ces abeilles du Caucase ont un organe butineur plus développé que chez les autres. Et donc le bouquet floral est plus fourni.

Il est en paix relative avec la nature. Il ne parle pas encore vraiment avec ses petites bêtes et a quand même besoin de les enfumer pour les approcher. Elles sont plus ses esclaves que ses filles. Ne rêvons pas !

En plus il a un sérieux rival. L’ours est très présent ici et il ne se gène pas pour détruire les ruches et les essaims. Plutôt que de l’exterminer, les Lazes mettent les ruches hors de sa portée. Il faut donc monter à plusieurs mètres dans les arbres pour y positionner les ruches ancestrales appelées Karakovan. Elles sont issues de troncs de tilleul évidés, ce qui nous donne droit à une autre démonstration de métiers qui se perdent. Autre marotte nostalgique d’Arte.

Enfin, on s’arrange pour que le tronc soit glissant pour les gros monstres bruns, avec des tôles ondulées pas très esthétiques.

Le récit est plaisant, voir gentillet, car il ne fait de mal à personne, que les habitats et les décors naturels sont très beaux et que les gens semblent intelligents et raisonnablement paisibles.

Le rousseauisme convenu est tempéré par la présence de caméras de surveillance IP, de portables et autres technologies devenues indispensables pour circonscrire la prédation de nos « amis » les bêtes et favoriser le commerce en ligne de niches. Nous d’abord, non mais !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire