Manchester by sea (2016) 7/10

2h15 qui passent très vite.

Mes modestes impressions :

Une réalisation de type Sundance : Style Sundance / Netflix

Ambiance art et essai, juste un poil expérimental, mais solidement réalisé. On s’y donne à fond.

Du cinéma nourrissant en quelque sorte.

Manchester by sea est un film de bonne qualité. Cela reste un format 16/9 et donc non réduit sur nos grands écrans tv.

Une image claire, une «photo » impeccable (un régal des yeux). Une prise de vue intelligente. Un montage plutôt novateur et convaincant. De bons dialogues. Des acteurs impeccables.

Ici, se déroule une intrigue mélodramatique mais qui reste crédible. Avec des rapports familiaux durs et francs.

Le personnage central est un être isolé, d’apparence dure et caractériel. Mais on voit aussi qu’il est plein de force intérieure et de complexité. Casey Affleck incroyablement présent dans ce rôle recevra pour cette interprétation le Golden Globe du meilleur acteur dramatique et l’Oscar du meilleur acteur.

C’est l’hiver, la neige tombe, il fait froid. L’environnement n’est pas très souriant. Même si ces pastels cinématographiques sont jolis.

Par petites touches on découvre son quotidien :

Une petite pièce borgne où il est quasi reclus.

Sa vie d’ouvrier dans une petite entreprise de prestations multi services. Il débouche les sanitaires, fait de petites réparations, de la plomberie, de l’électricité, pour les particuliers.

On le voit dans des bars, le verre de bière à la main, replié dans son coin. Avec des difficultés à communiquer, voire même à comprendre ce qui se passe. Cet homme pourtant semble intelligent.

Il interprète de travers le moindre regard. Incapable de composer, il a le coup de poing facile.

Avec les femmes, il est froid et ne voit pas l’intérêt qu’elles lui portent. Elles se détournent alors.

Tout cela reste pudique. On n’est pas dans le gros trait.

Et là, il va devoir s’occuper du décès d’un de ses frères. Se pose alors la question de la prise en charge de son neveu de 17 ans. Lui aussi a des problèmes. La mort de son père n’étant pas le moindre.

L’oncle souffre. Tout lui pèse. Il doit se recadrer en permanence.

Ces rapports avec cet adolescent et tout son entourage familial sont compliqués. Est-ce que ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase ?

Progressivement par flash back judicieux, on commence à comprendre le fond des choses.

Ce n’est pas nouveau comme procédé. Mais c’est bien mené et toujours sur le fil. Rien n’est joué d’avance. C’est bien fait. Ce n’est pas pour rien qu’on lui a attribué l’Oscar du meilleur scénario original.

Et au final les choses s’arrangent d’une certaine manière. Mais ce n’est pas la catharsis classique. On n’assiste pas à l’éclosion du New-born des happy-ends hollywoodiens. Ni aux messes finales où tout le monde se serre dans les bras. C’est plus subtil et plus réaliste.

L’homme blessé garde ses profondes cicatrices. Mais grâce à la complicité sincère de son neveu, il sortira un peu la tête de l’eau.

Le neveu lui même trouvera une voie.

  • Critique de Pierre Siclier – je l’ai lu après coup et je suis en accord avec cette analyse et sa bonne formulation –. https://www.leblogducinema.com/critiques/critiques-films/critique-manchester-by-the-sea-844459/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Manchester_by_the_Sea

Casey Affleck
Lucas Hedges
Michelle Williams
Kyle Chandler

Manchester by sea (2016) 7/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire