Miss Marple. Mon petit doigt m’a dit. Série TV. Avis. Résumé. Geraldine McEwan. 5/10

07 (2-03) Le titre Mon petit doigt m’a dit semble vouloir justifier à l’avance que cette enquête se fera au pifomètre.

Geraldine McEwan est généralement une Miss Marple réussie. Elle dégage une belle empathie, tout en restant finaude et avisée. On en ferait bien sa grand-mère.

Elle participe à la recherche de la vérité, grâce à de sérieuses intuitions et son goût du contact. Elle possède un humour délicat et mesuré. La voie française de Lily Baron, est bien adaptée.

Mais, il faut bien dire qu’ici avec cette intrigue fouillis et ces relents de mystères et boules de gommes, elle ne peut pas donner grand chose, à part des grimaces.

Miss Marple se visite une amie dans une maison de retraite. Elle assiste à des scènes bizarres. Une femme véhémente laisse sous entendre que quelque chose ne tourne pas rond ici. Une vieille lance des propos très curieux où il est question d’un enfant mort derrière la cheminée.

Plus tard la pensionnaire qui était la plus lucide meurt. Elle laisse à son fils un tableau de peintre connu qui a été retouché. Une maison étrange y est figurée, mais aussi une corde à un arbre et des appellations qui évoquent des noms de fleurs. C’est un rébus.

Mais une autre pensionnaire a disparu. D’après une de ses voisines, elle aurait été enlevée.

Mais bien sûr tout est à prendre avec des pincettes, car dans ces lieux les vieilles finissantes tendent à la parano et autres délires.

Tout le monde est bizarre, y compris la femme du légataire du tableau qui est alcoolique. C’est elle qui entreprend son enquête. Et on ne sait pas trop pourquoi, Miss Marple la suit, dans ce qui pourrait n’être que des élucubrations de démentes.

L’histoire est affreusement compliquée et dépend de nombreux hasards bienfaisants. Agatha ne peut s’empêcher d’en rajouter plusieurs couches, faisant passer la virtuosité au dessus de la vraisemblance. Et cette fois, elle nous épargne pas ces rebondissements à base de filiations cachées.

D’autres dimensions interviennent pour faire une bouillie assez indigeste. Un G.I amoureux qui fait un accident. Un vieux Lord. Une pasteur alcoolique qui en a lourd sur la conscience. Les rebondissements sont incessants et tarabiscotés. Même la confrontation ultime avec le coupable sera dantesque et très peu crédible. Agatha nous fait même un deus ex machina in extremis, comme dans un très mauvais roman.

J’ai vu cet épisode deux ou trois fois. Et je suis de plus en plus circonspect. Je pense qu’on tient là un mauvais Miss Marple.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_2_de_Miss_Marple


Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire