Police frontière. Film Avis. Nicholson, Keitel – Résumé (1982) 6/10

The Border

Visionné par curiosité, l’histoire de compléter mes avis sur Nicholson.

Une intrigue à l’ancienne.

Un flic a priori honnête, Jack Nicholson, intègre une brigade de répression de l’immigration clandestine. Cela se passe bien sûr à la frontière mexicaine.

Un flic courtois mais malhonnête, Harvey Keitel, profite des trafics. Il cherche à faire basculer Jack du mauvais côté.

A la base, ces fonctionnaires sont mal payés.

La femme de Jack, une sacrée tête de linotte, scrute la réussite des collègues, sans se rendre compte qu’ils sont peu scrupuleux. Elle se lance dans des dépenses incongrues.

Le pauvre Jack est totalement déconnecté de ce monde du paraître.

Pour satisfaire sa femme, Jack est plus ou moins contraint de glisser dans le dark side. Pour qu’il ne puisse revenir en arrière, on le compromet avec une combine écœurante.

Il a connaissance du vol du bébé d’une clandestine qu’il tentait de protéger. Ce kidnapping est organisé par des ripoux, dans un camp géré par les policiers.

Dans ce rôle de justicier au grand cœur et à gros bras, il fait ce qu’il peut.

Les ficelles sont un peu grosses et il n’a pas vraiment l’occasion de montrer ici son vrai talent.

L’ambiance glauque des deux côtés de la frontière est assez bien rendue. Les images de la corruptions sont féroces et parfois à la limite du supportable. Mais c’est tout.

Bien que cela évolue dans un cadre voisin, cela n’arrive pas à la cheville du film d’Orson Welles, La Soif du mal (1958)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Police_fronti%C3%A8re

Jack Nicholson
Harvey Keitel
Valerie Perrine

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire