Poursuite impitoyable. Film Avis. Brando, Redford, Fonda – Résumé (1966) 5,5/10

Que ce cinéma a vieilli !

C’est pourtant un film d’Arthur Penn avec Marlon Brando, Robert Redford, Jane Fonda… (The Chase)

A la base, c’est une sorte de western modernisé. Dans les rues en terre battue, bordées de saloons, au lieu des chevaux, il y a de grosses bagnoles américaines. Mais les colts sont là, ainsi que l’esprit de vengeance. On n’évitera pas non plus la survalorisation du courage obstiné, face à la couardise. On est bien à l’Ouest.

Les Indiens sont remplacés par des noirs. L’un deux sera a deux doigts d’être lynché. 1966, c’est la date de naissance du « black power ». On aimait bien montrer son anti-racisme.

Marlon Brando est le beau shériff, dans ce pays du pétrole. Il s’occupe bien de sa jolie petite femme. C’est un couple sans histoire. De part sa fonction, il est en relation avec la plus puissante famille du cru, les Rogers. Intègre, il doit composé.

Robert Redford interprète un prisonnier qui vient de s’évader. On risque de lui coller un nouveau crime sur le dos. Il a passé des années en prison, suite à des quiproquos. Il n’est pas vraiment coupable. A part pour ses parents, qui veulent le protéger, car ils ont quelque chose à se faire pardonner, il est assez indésirable.

Jane Fonda incarne une belle jeune femme, qui a toujours voulu être avec le fils de famille, Jason Rogers (joué par James Fox). Ils sont profondément amoureux, mais le patriarche Val Rogers a mis son veto (joué par E. G. Marshall). Elle a donc fini par se mettre avec le personnage sympathique interprété par Redford. Et donc le retour de ce dernier risque d’être houleux. Vers qui va aller la belle ? Ne va-t-il pas y avoir des règlements de compte ?

On a donc une chasse à l’homme. Certains pour le mettre à l’abri et d’autres pour l’abattre. La plupart des blancs sont alcoolisés, armés et violents. Ils vont y aller très fort. Le visage de Brando défiguré par les coups est une œuvre d’art en soi.

On a comme d’habitude un suspense et une tension grandissants. Et le film se termine dans un déluge pyrotechnique.

Tout le monde sera perdant. Et ça dure quand même deux heures et quart !

Il est curieux de constater que Robert Redford et Jane Fonda, ne changent pratiquement pas de jeu, tout au long de leur carrière. Ce qui donne une étrange continuité d’un film à l’autre. C’est comme si on les retrouvait dans une sorte de suite perpétuelle.

Pour Marlon Brando, c’est une autre affaire. Ici, il est dans un entre deux. Il n’est pas encore devenu obèse, mais il n’est plus si sauvage qu’à ses débuts. Ce n’est plus l’incroyable interprète d’Un tramway nommé Désir et ce n’est pas encore le héros du Le dernier tango à Paris.

Il faut dire que dans The Chase, la post-synchronisation en français ne lui fait pas du bien non plus.

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Poursuite_impitoyable_(film)

Marlon Brando
Jane Fonda
Robert Redford
Angie Dickinson

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire