Prospect (2018) pauvre film SF. Ambre de la lune verte 2/10

Voilà un nouveau genre la « cheap science-fiction ». Autrement dit la SF du pauvre.

Les effets spéciaux sont réduits au minimum. Le matériel technique semble provenir d’un vieux fond d’invendus d’un quincaillier du coin. Les armes ne sont pas de technologie avancée, mais de technologie retardée. Elles semblent sortir d’un vieux mont de piété. Tout cela est en totale contradiction avec les pré-requis d’une élémentaire conquête spatiale. On nous prend pour des billes.

Les acteurs sont de seconde zone.

Les décors sont naturels. Ce qui signifie qu’on a juste cherché sur Terre ce pourrait paraître le plus exotique, le plus « lune verte ». Ce n’était pas loin, puisque c’est juste à côté dans l’Etat de Washington. On y pulvérise de la poussière pour faire étrange et puis c’est tout. Budget proche de zéro sur ce poste.

Et même les protagonistes nous disent avoir du mal à boucler leurs fins de mois.

Et ils finissent dans un navrant « struggle for life » assorti de psychologisme père/fille.

Et bien entendu, on doit se contenter le plus souvent de « deviner » ce qui les effraie dans leurs yeux écarquillés, ou dans des bruissements de buissons. Vraiment des techniques éculées et qui ne coutent pas chères.

Comme la recherche de pognon est au centre de toutes les préoccupations, nos « héros » sont à la recherche du précieux ambre dont il est question dans le titre. Ce matériel précieux est puisé dans les entrailles d’un machin mi végétal mi je ne sais quoi. Cela juste pour susciter du dégoût.

Je dois avouer que je n’ai pas tenu longtemps tellement cela m’a vite paru dérisoire. D’après ce que je peux lire ici et là, la suite se transforme en un banal film d’aventure, avec fusils et poursuites. Ce n’était pas la peine d’aller sur une lune verte pour cela. Et d’ailleurs la fin est bien conventionnelle. Le couple est sauvé comme dans n’importe quel navet du genre.

Dans la mesure où tout cela respecte les conventions du genre, il n’y a pas vraiment de nouveauté, hormis bien sûr d’avoir osé la SF du pauvre.

C’est tellement niais et pauvret que le distributeur asiatique a cru bon re-coloriser de manière plus aguicheuse l’affiche promotionnelle. Il s’est débarrassé du caca d’oie et du verdâtre…

https://www.imdb.com/title/tt7946422/

Réalisation

Casting principal

A noter que personne n’a osé sortir cela en salle.

Prospect (2018) pauvre film SF. Ambre de la lune verte 2/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire