Stonehenge, ses origines révélées (2021) 8/10 Signification, Harari

Quand on aborde la préhistoire, il me parait très sain de partir de l’idée que l’homo-sapiens n’a pas fondamentalement changé. On peut donc se glisser dans sa peau et s’interroger sur ce que nous aurions fait à sa place.

Ce documentaire rigoureux nous permet de reconstituer un de ses incroyables parcours.

Les alignements de Stonehenge nous parlent. L’érection de telles structures mégalithiques signifie déjà quelque chose.

Mais l’histoire devient encore plus stupéfiante quand on apprend que les pierres bleues, de quelques tonnes (ce sont les plus petites), qui constituent une partie de la structure ne peuvent provenir que des Preseli Hills, au Pays de Galles, à 240 km des lieux.

Pour parfaire le récit de ces pionniers du néolithique, l’archéologue Mike Parker Pearson a été au bout de son intuition. Pendant dix ans, il s’est acharné tel Schliemann à démontrer l’existence d’un premier Stonehenge gallois. Il a fini par y arriver.

Il certifie que ces pierres ont été transportés par ces hommes, sans doute par traîneaux, lorsqu’ils ont décidé de venir s’établir dans le sud-est de l’Angleterre.

Plusieurs configurations se sont succédé sur les deux lieux au cours des siècles. On retrouve une disposition princeps, avec le même diamètre de 110 mètres sur les deux sites. L’analyse fine des pierre indique précisément le lieu d’extraction. Et ces équipes ont fini par découvrir des trous anciens correspondant à la première implantation. Certaines pierres situées à des centaines de km s’emboîtent parfaitement, sur un schéma 3D virtuel. La datation donne environ 3 millénaires avant J.-C., des deux côtés. Le premier étant un peu plus vieux comme il se doit. On ne trouve plus d’activité sur le site gallois à partir de là. De nombreux ossements à Stonehenge ont des caractéristiques identiques à celles des peuplades galloises. Tout cela est attesté par les techniques modernes. C’est confondant.

Le scientifique responsable du projet rajoute que la disposition de Stonehenge est en rapport avec de vastes stries parallèles, à présent souterraines, qui sont d’origine glaciaire.

Autre point important, il souligne que les différents objets façonnés et les mégalithes tendent à se ressembler d’Est en Ouest du pays à partir de cette migration.

Curieux cependant qu’on n’entende pas la moindre controverse scientifique. A noter également que Mike Parker Pearson est une personnalité médiatique.

Admettons les grands principes archéologiques exposés. Et sortons du cadre du documentaire.

Ce qui nous importe, c’est le pourquoi des choses et ce que cela peut nous dire sur nous mêmes. Surtout si l’on accepte la permanence à travers les âges de l’être humain moderne. En terme simple, il n’est pas plus bête que nous et sans doute agit-il pour des motivations analogues.

Pourquoi se donner tant de mal à ériger des monuments cyclopéens ?

On peut énumérer les hypothèses habituelles : lieux de cultes, en particulier en fonction des cycles des saisons ; sépultures de notables ; calendrier etc. Cela reste éloigné de nos préoccupations d’aujourd’hui. Il faut aller plus à fond dans l’âme humaine.

Que fait-on de semblable de nos jours ?

Une architecture qui veut nous en mettre plein la vue et qui témoigne du pouvoir. Je pense par exemple aux gratte-ciels, qui sont en rivalité l’un l’autre. Et dont la destruction, comme en 2001 a une forte portée symbolique.

Que signifie de tels déplacements et l’extension de cette façon de faire ?

J’y vois une des caractéristiques des sociétés humaines. Pour dépasser l’autarcie tribale étroite, et constituer de vastes ensemble coopératifs, il faut une fiction fédératrice.

Ce récit mythique est étayé par ces structures qui semblent nous dépasser. Elles surpassent de fait chaque individu pris isolément, car il serait bien incapable de les faire tout seul.

C’est un peu la théorie d’Harari.

Cette « histoire » collective qui dépasse la simple réalité, permet de mettre en mouvement dans la même direction des peuples distants. Elle uniformise leurs aspirations. Elle assure aussi l’unité à travers le temps, par la tradition orale et par ces édifices d’une indiscutable solidité.

Ce qui pour nous n’est qu’un bel ensemble de pierres à vocation touristique, a une importance vitale pour ces premières sociétés. Et c’est pourquoi nos braves créateurs, ont pris la peine de les transporter avec eux sur des centaines de kilomètres, alors qu’ils ne disposaient que de moyens si dérisoires. D’aucun pourrait y voir une logique Shadok alors que cet investissement dans des symboles communs de plusieurs tonnes et profondément inutiles en soi, est précisément une des premières marques sérieuses de civilisation.

https://www.arte.tv/fr/videos/101371-000-A/stonehenge-ses-origines-revelees/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stonehenge

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mike_Parker_Pearson

https://www.thebritishacademy.ac.uk/podcasts/10-minute-talks-origins-stonehenge/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sapiens_:_Une_br%C3%A8ve_histoire_de_l%27humanit%C3%A9

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire