Tonnerre sous les Tropiques (2008) 4,5/10 Ben Stiller

Un film parodique brouillon et raté.

Qu’est ce qui a pris à Ben Stiller, ce sympathique acteur, de se lancer dans une réalisation aussi stupide ? On voit très bien qu’il n’est pas un grand professionnel. Il ne maîtrise pratiquement rien. Tout tombe à plat. Ce n’est qu’une série de scènes de plus en plus grossières et mal goupillées.

Le scénario est de type « guerre du Vietnam », prise à contresens. Il y a donc du Platoon, Apocalypse Now, Voyage au bout de l’enfer, et j’en passe. C’est cependant pitoyable, tant ce n’est basé que sur des quiproquos grotesques et des gags basiques.

On a beau convoquer un incroyable brochette de comédiens illustres, cela ne suffit pas à sauver les meubles. Au contraire cela montre davantage l’énormité du fiasco.

On a beau mettre des moyens considérables dans la pyrotechnie et les scènes d’action (merci Dreamworks), cela n’a pas plus d’intérêt que des pétards mouillés. On ne peut vraiment pas s’extasier devant ce gâchis.

  • Nul doute qu’il y aura un jour une police de la bien-pensance pour réduire ces effets énergivores.

Le film se contente d’emprunter à bon nombre de scénarios classiques, pour juste les retourner.

On montre d’abord une équipe de tournage qui perd ses nerfs, dans le sud-est asiatique. Tout le monde crie, s’invective et se jette à la tête les pires grossièretés. Ça voudrait faire rire, mais c’est d’une incroyable vulgarité.

On nous présente les personnages les uns après les autres. Comme pour nous dire, voyez les célébrités qu’on a engagé pour vous.

Et comme on voudrait être drôle, on les utilise systématiquement à contre-rôle. C’est besogneux et inefficace.

Voici les protagonistes de ce « movie ». Visez le désastre :

  • Ben Stiller se montre ici en acteur jadis de premier plan, mais qui a pris de mauvais tournants. Il a joué un débile profond, trop profondément. Il n’a pas eu la prudence de prendre un peu de recul, comme d’autres dans les grands classiques du genre.
  • Et donc il est moqué par la profession.
  • Le scénario va réutiliser cette affaire. Il sera obligé à un moment d’interpréter ce rôle d’idiot, pour ses kidnappeurs. Ce qui nous vaut une parodie très bas de gamme. Et surtout un mépris total pour tout le monde y compris nous spectateurs.
  • Une branche de la police de la bien-pensance, celle du handicap, n’a pas eu peur de se ridiculiser en attaquant le film.
  • Ce performeur voudrait bien se refaire. Comme il a de gros biceps, il a été choisi pour rejoindre l’équipe des aventuriers. Il est constamment et systématiquement à côté de la plaque. Il nous fait dans le faussement « affranchi ». Et on joue là, l’ultra basique comique de répétition. Et il n’y a pas que lui, dans cette impasse.
  • Il jonglera avec une vraie tête découpée, pensant qu’il s’agit d’un trucage de théâtre, et en profitera pour nous faire une scène plus réfrigérante qu’amusante.
  • C’est le schéma classique : la tête est vraie quand on est dans le scénario, mais elle est fausse pour Ben. Et au final elle est forcément fausse en vrai, vu qu’il est rare qu’on découpe les gens pendant un tournage. Vous suivez ?

Il finira par se croire « adopté » par un jeune bambin, qui vit chez ces ravisseurs. Et bien entendu, c’est une illusion et le gamin en question, cherchera à le tuer à coups de canif. Il précipitera le mini-criminel dans le fleuve, sans aucun remords. Comme pour la décapitation, on ne craint pas de mettre mal à l’aise, un spectateur pas vraiment amusé. Et bien entendu le code de vertu, fera qu’il y aura un plan où le petit bad boy sera sauvé des eaux.

Comme on le verra tout au long du film, ce ne sont que des avatars de ce grand écart systématique, que nous ressert jusqu’au haut le cœur, notre pauvre Ben Stiller. Une ficelle facile qui se veut spirituelle et qui est très insuffisante pour nous dérider.

Le gros Jack Black, qui nous a fait de grandes interprétations, nous inflige ici un surjeu d’acteur drogué en manque. Une sorte d’archétype maladroit des stars d’Hollywood, sous perfusion. Les poncifs sont lourdingues. Et franchement, les zygomatiques restent bloqués. Comment a-t-il accepté d’en arriver là ?

Robert Downey Jr., extra dans Iron Man, incarne ici un acteur qui se croit investi d’une mission. Il s’est fait pigmenter la peau pour avoir l’air d’un vrai noir dans ce film dans le film. Et il est supposé déclencher l’hilarité, en ne se répartissant jamais d’un accent noir américain, même quand la caméra est éteinte. C’est fastidieux, lassant et sans le moindre intérêt, déjà dans la version francisée. Toujours ces systématiques postures antipodales, qui semblent de maigres béquilles de scénario.

  • Et dire que ce rôle minable, lui a valu une nomination à l’Oscar du meilleur second rôle ! On marche sur la tête.

Nick Nolte nous fait un vieux sage, routard de l’extrême et laconique donneur de leçons. Il semble connaître les pièges de la jungle sous le bout des doigts. Mais bien entendu il n’était jamais sorti des États-Unis jusque là. Encore ce mauvais pari sur les contrastes violents et juste systématiques.

Jay Baruchel est pratiquement le seul à faire un peu dans le soft. Il est sans doute là pour mettre en relief les autres personnages.

Le rappeur viril Brandon T. Jackson s’appelle ici « Alpa Chino » – vous voyez bien qu’on est dans la farce – Et bien entendu ce sera un homo qui ne veut pas faire son coming out. Encore ce jeu maladroit des contraires.

Tom Cruise va devoir se départir de sa superbe habituelle, pour faire ici une caricature de producteur vociférant et chauve. Il n’hésite pas à faire des pas de danse pachydermiques. C’est mauvais et cela veut l’être. Mais on ne rit pas.

Matthew McConaughey est l’impresario de Ben Stiller. Il cherche à faire appliquer les clauses dérisoires de son contrat, alors que l’acteur est dans la pire mouise. Encore cet « humour » plan plan des oppositions.

Cette « belle » équipe, aura donc de vraies aventures, alors qu’elle pense un bon moment qu’il ne s’agit que d’un jeu. Et cela deviendra finalement le film qu’ils pensaient devoir tourner. La réalité (supposée) plus forte que la fiction.

Et bien entendu Ben Stiller se gratifiera d’un Oscar de meilleur acteur. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

En vrai, ce film consternant aura quand même quelques nominations, mais juste un petit prix.

Il doublera cependant sa mise au box office. Preuve que le public n’est pas rancunier.

Comme c’est grand public, et qu’il y a des millions de dollars qui flottent dans les airs, la critique main stream se garde bien d’égratigner la poule aux œufs d’or.

Même l’iconoclaste le blogducinema, pour lequel j’ai eu quelques sympathies, lui octroie un 8/10 ! Au secours, ils sont devenus fous !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tonnerre_sous_les_tropiques

Ben Stiller
Robert Downey Jr.
Jack Black
Brandon T. Jackson
Jay Baruchel
Matthew McConaughey
Tom Cruise

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire