Tueur d’élite (The Killer Elite) (1975) 4.5/10

Un film qui se vante, dès le générique, d’oser parler d’organisations criminelles, adossées à la CIA et qui sont supposées se charger des basses besognes. Tout en minimisant l’attaque institutionnelle, juste après…

En fait ce n’est qu’un banal scénario sur des tueurs à gage, qui jouent aux grandes âmes, car ils seraient du côté des gentils. S’ils tuent, c’est pour rendre service à la nation big mac.

Et pire encore, c’est un long métrage qui égraine toutes les sottises du genre. Le bon redresseur de tort qui se fait avoir par un comparse traître, qui a retourné sa veste. Ces meilleurs amis doivent se livrer à un combat vengeur, dont l’issue ne fait pas de mystère. C’est le bon gars qui gagne. Vous aviez des doutes ? C’est dur d’achever un copain. Ah bon ? La routine des séries B, quoi. Mon pauvre Sam Peckinpah, pourquoi tu as fait cela ?

On ne nous épargne pas non plus, l’option surenchère et rebondissement. C’est ici ce chef sorti in extremis du chapeau, que l’on croyait intègre jusqu’à la fin et qui fait aussi parti du complot. Je baille.

Plus lassant encore ce sont ces gars blindés qui roulent des mécaniques en permanence. Des frères d’armes interchangeables selon le film. Des guerriers valeureux qui se tiennent les coudes généralement. Ils n’ont jamais peur, ce sont des hommes, des vrais. Ils se permettent même un certain humour. Ici sévissent dans ce duo, James Caan et Robert Duvall. Traduit en français, ce sont des Lino Ventura en plus rustique.

Et les femmes d’un bout à l’autre du film sont soit des putes attitrées et dociles, soit des innocentes qui doivent être guidés par ces héros. Et elles vont obligatoirement assurer le repos des guerriers, prostituées ou non.

Les « jaunes » ne sont pas mieux lotis. Soit des sournois, soit des sages énigmatiques, soit des Suzie Wong.

Et si la médecin certifie que votre genou est totalement détruit et qui vous ne remarcher jamais. Il vous suffit d’avoir de volonté, pour que cela se répare tout seul et que vous repreniez du service. Navrant la pensée magique !

Tout le reste consiste en des poursuites et des coups de feu.

Voilà le genre de daube que l’on servait à l’époque. Et finalement je me demande, est-ce qu’on aimait cela réellement ?

C’est déprimant tellement cela manque d’imagination. Et cerise sur le gâteau, c’est que ce style de cinéma a été exporté en France. Ce qui a donné des copies à peine grimées et jouées par nos caïds franchouillards. Merci du cadeau !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tueur_d%27%C3%A9lite

James Caan
Robert Duvall
Arthur Hill
Burt Young
Bo Hopkins

Tueur d’élite (The Killer Elite) (1975) 4.5/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire