Un homme pressé. Film – Avis – Delon – Mireille Darc – Résumé. (1977) 5/10

Alain Delon court en long en large et en travers. Le scénario est lourdement démonstratif. Le réalisateur en rajoute tant qu’il peut.

Oui, on a bien compris, cet homme est très pressé. Du coup il tend à simplifier ses relations. L’essentiel est dévolu à son grisant boulot de chasseur d’œuvres d’art. De jolies prostituées occupent ses rares loisirs et assument la détente. Ce M. Pump grappille quelques secondes en doublant à droite, de manière acrobatique, à vitesse folle, avec sa série 7.

Au début de l’intrigue, il fait une bonne affaire en achetant une propriété dans le sud, à un vieux qui crachote sur son lit de mort. Aller-retour en hélico et hop l’affaire est dans le sac.

Mais Mireille Darc, la fille du défunt, n’est pas d’accord avec ce qui serait un abus de faiblesse.

Delon, de plus en plus speed, n’a pas de temps à perdre avec ces questions légales. Et donc derechef il la séduit et il la marie. Le problème est réglé. C’est quand même un mariage passionné. Mais comme il n’a pas le temps, il consomme sa « nuit de noce » en dix minutes dans les toilettes de l’aéroport.

Rapidement elle est enceinte. Bizarrement, comme il n’a pas de temps à perdre, il voudrait que la grossesse soit écourtée à 7 mois. Mireille fuit pour ne pas être embêtée par ce Fangio (Schumacher, Hamilton…) du berceau. Et quand elle accouche au terme normal, il n’a pas trop de minutes à lui consacrer. En fait il doit faire l’achat de sa vie dans une vente aux enchères, un vase antique hors de prix, convoité par les plus grands musées du monde. Tout ce qu’il a y passe et sans doute va-t-il s’engager pour bien davantage. C’est très risqué.

C’est un film à l’ancienne avec une morale bien convenue. Tu es trop pressé mon gars, donc tu vas mourir d’une crise cardiaque, juste avant le mot Fin, au moment où tu allais concrétiser tes rêves les plus fous. Bien fait, semblent dire les jaloux au point mort.

Dans le temps on entretenait le mythe que c’était le business galopant et énergivore qui menait forcément à l’infarctus. Alors que courir, pour les gens en bonne santé, est même recommandé. Sans doute que cette posture anti-sport, anti-actifvité, est une défiance des paresseux envers ceux qui se remuent.


Et donc notre Delon de 40 ans, sans un gramme de graisse abdominale, plutôt sportif et en pleine forme, est puni par la justice immanente de la société du farniente.

Comme tout le monde le sait, Mireille Darc et Alain Delon étaient un vrai couple à la ville. Ironie du sort, c’est Mireille qui aura de graves problèmes cardiaques et qui en conséquence ne pourra pas avoir d’enfant. Ce qui a été une des grandes raisons de leur séparation.

Paul Morand est un écrivain reconnu et un politique pour le moins compromis et imprudent. J’espère que son livre de 1941 est moins bête que le film. Pas sûr, car il y aurait déjà dedans des passages qui attestent de sa haine des juifs.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Homme_press%C3%A9_(film,_1977)

Alain Delon
Mireille Darc
Michel Duchaussoy
Monica Guerritore
Marie Déa
Billy Kearns
André Falcon

Un homme pressé. Film – Avis – Delon – Mireille Darc – Résumé. (1977) 5/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire