– Bienvenue sur notre site collaboratif !

—————————————————————————————–
Avant de démarrer cette présentation, je voudrais juste rappeler qu’il existe sur ce site https://librecritique.fr/ de multiples possibilités de sélection. Vous n’êtes donc pas obligé de prendre le TOUT-VENANT chronologiquement, tel qu’il apparait par exemple sur la première page.

. – Si vous savez ce que vous cherchez, il suffit de cliquer sur les loupes ou les champs « cherche » et de mettre vos mots clefs.
. – Si vous êtes un téléspectateur assidu, vous pouvez passer par « A la télé en ce moment » C’est du butinage sur les chaines et les replay les plus accessibles et cela se trouve là. Mais compte tenu du différé, cela peut avoir disparu de vos écrans.

Vous avez aussi des sélections de « Bons » ou de « très bons » films ou documentaires

—————————————————————————————–

J’espère que l’on va répondre à vos attentes avec ces critiques de films et autres commentaires et/ou dissertations.

Le but n’est pas de vous imposer une vision ou de vous demander de voir les créations que l’on commente. A titre personnel, je n’aimerais pas non plus qu’on fasse cela pour moi.

C’est plutôt pour laisser la pensée vagabonder, la votre, la notre. Les films sont un prétexte. Ils sont une fenêtre sur le monde (regard vers l’intérieur comme vers l’extérieur).

A travers ces commentaires, on montre sans doute tout autant qui est l’observateur que ce qu’il en est de l’objet observé.

Et si en plus on se rejoint sur un film ou un autre, c’est encore mieux.

– Pourquoi ce titre ronflant d’Encyclopédie ?

Vous serez sans doute surpris que l’on s’affiche comme une Encyclopédie du tout-venant. C’est à dire qu’on prend le parti d’embrasser en théorie toute la scène du meilleur au pire.

1) La première idée est à la fois technique et émotionnelle.

Une grande partie de la production mondiale médiatique, professionnelle et semi-professionnelle, est stimulante. Même si, comme pour la langue d’Ésope, les différents supports charrient du bon, du moins bon et de l’exécrable.

Ces créations qui ne sont pas le fait de rigolos, restent un bon vecteur d’idées, si l’on se donne la peine d’aller au-delà des apparences, des goûts et des dégoûts.

Dans la mesure où tous ces producteurs se sont donnés du mal, et visent un statut, leurs « œuvres » constituent une bonne base pour la critique.

Encore faut-il que l’on dépasse le cas particulier de chaque « produit » pour en tirer des leçons et/ou s’élever vers d’autres plans.

  • Le plaisir qu’on ressent avec le meilleur, met en appétit, et les mots pour en parler viennent aisément. Le beau nous élève et nous permet d’aborder en confiance certains concepts.
  • Le déplaisir est étonnamment motivant également. Dans le cas où l’art est laborieux, la critique élémentaire est facile. Et il ne faut pas en venir à un jeu de massacre. Le moche donne envie de donner des leçons. A partit de là les idées fourmillent, pour peu qu’on s’en donne la peine.

Cette Encyclopédie du tout venant du cinéma mondial et médias apparentés, repose sur l’immense travail de nombreux exécutants. On les salue ici, quel que soit leur mérite, mais sans verser dans le relativisme. Notre travail bénévole globalisant est nécessairement très fragmentaire.

Ce n’est pas trop un problème. Toute Encyclopédie est inachevée par essence. On relira avec profit le merveilleux texte de Diderot à ce sujet (on y reviendra).

De plus, on tente ici de mettre en avant de grandes lignes de force, dans ce qui est théâtre très redondant. Ce qui en théorie permettra une reconstitution holographique du « tout » à partir de ces morceaux. Là aussi on pourra s’expliquer davantage plus tard.

2) La deuxième idée est assez égoïste

Et pourtant c’est le moteur le plus puissant de cette expérience bénévole.

Chemin faisant, le critique se parle à lui-même. Il clarifie ses idées. Ce travail a un importance considérable pour soi.

Mais c’est aussi l’occasion de montrer à ses proches ce qu’il pense et sans doute un peu qui il est vraiment.

3) La troisième idée est presque romantique.

Il est largement partagé, que Internet, de part les liens dans les pages, peut nous mener de fil en aiguille totalement en dehors de notre première destination. Pour notre grand bien.

Et là on peut compter sur la bienheureuse sérendipité. En prenant des chemins détournés, des idées vont éclore. Le plaisir est à chaque tournant. En tout cas c’est tout le mal que l’on vous souhaite.

Bonne voyage chez nous !

Envoi
User Review
0 (0 votes)