Destello Bravío – 2021 – Ainhoa Rodriguez, Woke. 2/10

Un peu de décence !

Les films sur l’ennui crasse, tournés en long et en large comme ici, avec si peu de d’envergure, si peu de moyens, si peu d’idées, il devrait avoir un quota décennal pour. Et même, un par siècle serait déjà de trop.

Des premiers films qui paraissent aussi « amateur » que cela, ne devraient pas être diffusés.

Et quand ils (iels) n’ont plus d’arguments et qu’ils (iels) veulent tenter de cacher l’effrayante indigence, les néo-trissotin(e)s tentent de nous asphyxier avec des concepts foireux, comme « les nouvelles féminités » ou je ne sais quel avatar du « réalisme » – ben voyons !

On nous montre des grosses, des moches, des QI faiblards, des dondons qui se laissent aller… l’histoire de bien nous « démontrer » que la femme ne se limite pas au périmètre classique que l’on croit. Elles sont pathétiques, se masturbent dans la cuisine, il manquerait plus qu’on nous affiche qu’elles rotent et qu’elles pètent. Belle liberté chérie ! Si vous cela vous plaît, je vous en prie, allez-y !

Il faut oser, avec nos zozos thuriféraires contemporains, dire tout simplement que ce film est archi mauvais. Qu’il ne fait que peindre avec de la bouse et que ce n’est même pas une dérision surréaliste.

Avec ce 2/10 il y a fort à parier que les wokes de tout poil se mettent à aboyer. A la niche !

On avait créé un concept jadis « intellichiant » pour ce genre. Mais ici il n’y a pas même l’ombre d’une intelligence.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ainhoa_Rodr%C3%ADguez

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire