The Girl Next Door, faux film de cul. Cuthbert allumeuse, Hirsch onaniste. Fuyez ! 2/10

Temps de lecture : 2 minutes

Encore un des ces films adolescents, qui prétendent être dans la catégorie pédagogique des « coming to age ». N’espérez aucune évolution véritable des personnages, si celle qui permet l’accès au conformisme absolu de la néo-bien-pensance. Je parlerais plutôt d’involution de ce fait.

A nouveau cet immobilisme absolu dans la supposée dynamique de groupe, telle qu’elle sévit dans les collèges. Même constat, pour ces interactions sociales figées, du niveau « suburban ».

Emile Hirsch, le plus timide des gamins devra immanquablement se « taper » la plus jolie fille de la ville, Elisha Cuthbert, après un long parcours d’itinérance boutonneuse. L’immoralité se transformera en vertueux billets verts.

Dès les premières images, on sait ce qui va se passer sur le plan “sentimental”. Et la réalisation se contente d’orchestrer un teasing insupportable. Cela consiste principalement en l’effeuillage très progressif de la petite marguerite perverse.

  • Les Américains ont un problème avec le sexe. Pour tenter de le résoudre, ils envisagent d’y mettre la distance. Soit par les rapports tarifés, soit par le « containment » par le mariage… soit les crimes en série.

Les courageux qui ont entrepris de voir ce long métrage et qui ne sont pas trop bêtes, n’ont rapidement plus que deux envies, diamétralement opposées : soit ils espèrent que les protagonistes en finissent au plus vite – traduisez « qu’ils concrétisent » -, soit ils souhaitent en finir, en zappant pour des horizons moins conventionnels, plus intelligents et plus rieurs.

Si les locutions qui suivent ne vous donnent pas envie de gerber, tellement elles sont communes dans ce mauvais cinéma là, c’est que vous n’êtes pas digne de fréquenter notre site :

« Admission ou non dans une grande université / bal de promo / limousine / Las Vegas / lap dance / striptease / réussite à millions de dollars... ».

Ah, il y aurait une sex-tape… bin non, cela se transforme en eau de boudin : un « modern sexual education film », avec laquelle ils se feront « honnêtement » des millions.

C’est juste racoleur et totalement stupide. Plus que « l’American way of life », c’est la « trumpisation » de cet univers. « Yes we can… stupid » « make america crétin again ». Certes je m’emporte, mais c’est la seule thérapie possible pour se purger de ce « melting pot » de la connerie.

Vraiment cela ne mérite pas qu’on aille jusqu’au bout. Fuyez cette société d’« illusions du spectacle ».

Et comme je me contrefiche de la blondasse Cuthbert, à la beauté hygiénique, je me suis bien sûr barré.

« On » prétend que ce film rejeté par le public et la critique serait devenu « culte » avec le temps. Ne croyez pas ces imbéciles.

***

Le concept Girl Next Door est un vieux fantasme US, préférez l’original à la copie (ATTENTION lien Non romantique, réservé aux plus de 18 ans)

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Girl_Next_Door_(film,_2004)

Envoi
User Review
0% (0 votes)

Laisser un commentaire