Aux portes de l’enfer (Angel Heart) (1987) 6.5/10

C’est un thriller, et pour l’instant pas question de révéler de quel type.

Le principal suspense du scénario consiste à laisser ce point incertain. S’agit-il d’une histoire policière rationnelle chez des satanistes ? Ou bien le fantastique, la paralogique et les forces du Maudit vont-ils prendre le dessus ?

En tout cas l’idée est de faire peur, en jouant le plus possible sur les deux possibilités. Des meurtres il y en a pas mal. Et ils sont spécialement gore.

– – –

Le jeune enquêteur privé est notre habile Mickey Rourke. Il est chargé par le diabolique De Niro de rechercher un amnésique qui n’a pas respecté son contrat. A priori cette chasse à l’homme aurait pour finalité un règlement de compte ou quelque chose d’approchant.

Le « malhonnête » serait interné dans une clinique. Mais les commanditaires n’arrivent pas à l’approcher dans cet endroit très fermé. Il faudrait un Rouletabille pour ruser et forcer la citadelle.

Et l’affaire se révèle bien plus complexe que prévue. Pour cela notre héros va devoir se déplacer afin de retrouver les traces de cet homme très recherché.

Plusieurs personnes vont mourir après avoir été visité par Rourke. Au point que ce dernier commence à paniquer. On pourrait l’accuser.

Le reste je vous le laisse découvrir. Sachez juste qu’il y aura un sérieux rebondissement qui va complètement inverser le point de vue. Je peux juste rajouter qu’il y a quelques jolies femmes pour adoucir cette sombre histoire. Waouh la métisse Lisa Bonet à 20 ans, qui devient la femme du chanteur Lenny Kravitz, l’année de sortie de ce long-métrage.

On doit tout cela au réalisateur inégal Alan Parker, connu aussi pour Birdy, Mississippi Burning, Midnight Express, Pink Floyd The Wall, Evita…

– – –

En filigrane il y a l’éternel question du Diable. Est-il réel ? Si oui, de quelle manière interfère-t-il avec nous ? Recherche-t-il toujours ce fameux contrat d’échange d’une âme avec des avantages matériels ici bas ? C’est à dire le mythe de Faust.

Selon les époques le statut qu’on confère au Diable change. Soit il est tout puissant, mais quand même juste un peu en dessous de Dieu. Et l’homme est alors de peu de poids. Soit il est un peu nigaud et peut-être roulé, si l’on s’y prend bien.

Je vous invite à écouter l’intéressante émission de France Culture de Jean-Noël Jeanneney, avec l’historien Robert Muchembled, sur «  Le diable existe-t-il ? ». Elle est consacrée aux « métamorphoses de la figure du Mal à travers l’histoire ».

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/le-diable-existe-t-il

Au fait, où est ma patte de poulet ?

https://www.imdb.com/title/tt0092563/

Stars

Aux portes de l’enfer (Angel Heart) (1987) 6.5/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire