Avis. Le Guignolo – Belmondo, Audiard, Lautner… mais Jean Herman – Résumé. (1980) 7/10

Quel mauvais titre !

Cas de conscience.

Avec la joie de vivre communicative de Belmondo et les dialogues superbes de Audiard, on est tenté de monter la note à 8/10 (dans la zone des très bons).

Mais ce serait vite oublier les facilités de ce scénario à multiples rebondissements. A plusieurs reprises Jean Herman nous fait voisiner les zones impures du vaudeville. Les arnaques et combines ne sont pas si grandioses que cela. On aurait vite fait d’en démonter les ficelles.

C’est bien dommage d’être passé à ça du meilleur. Des fois on se dit qu’il vaut mieux retourner 7 fois sa plume dans l’encrier, avant de déflorer une page blanche.

  • Il n’avait pas réussi non plus à dépasser le 7/10 avec son Flic ou voyou, un an avant (1979) – Avec un même aréopage : Belmondo + Audiard + Lautner

Mention spéciale pour Mme Von Gretchen Shepard, qui nous donne à goûter le charme et la beauté afro-américaine (Miss black america). Il y a 40 ans ce n’était pas si couru que cela. Et à voir l’appétit de Belmondo, il était en avance sur son temps. Heureux homme !

https://en.wikipedia.org/wiki/Miss_Black_America

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Guignolo

Envoi
User Review
55% (1 vote)

Laisser un commentaire