Dracula (1979) 5/10 Laurence Olivier !

La couleur est clairement annoncée.

Cette version ne se donne pas la peine d’innover ; déjà dans son titre.

C’est un énième Dracula, bien conforme. C’est à dire qu’il suit les grandes lignes du livre de Stoker (*)

Et c’est bien cela le problème, le film n’apporte rien.

Pour attirer le chaland, la production mise sur la distribution. Frank Langella jeune (39 ans) fait un bon chef vampire. Il est pervers juste ce qu’il faut et bien entendu séduisant. Et les petites perverties seront en effet séduites.

Laurence Olivier est un peu distrait en Van Helsing. Il figure un gentil père qui tente de contrer le maléfique ; quitte à plonger ses mains dans la sanglante cage thoracique de sa fille, pour en extirper le coeur. On est loin des To be, or not to be de ce redoutable acteur shakespearien.

Donald Pleasence, trouble en soi, fait lui aussi juste ce qu’il peut. Il s’ennuie et nous aussi.

Ces deux pointures, qui semblent s’être égarés et/ou courir le cachet, ne sauvent pas le film.

Tony Haygarth nous fait un bien miteux Renfield. Cela ne vaut pas l’incroyable prestation de Peter MacNicol dans Dracula, mort et heureux de l’être, de notre bon Mel Brooks.

Les deux poulettes, Kate Nelligan et Jan Francis, sont innocentes et appétissantes à souhait. On aimerait bien y planter les dents également.

  • J’adore ces métaphores du consentement devant le démon de minuit. A 500 ans il a la forme le bougre. Ces allusions sexuelles, à peine voilées, ont de quoi réveiller un mort(-vivant). Voilà que cela me reprend ! Vivement la nuit ma chérie, déjà que cette satanée lumière me dérange !
  • A noter que ce thème « immortel » a toujours fonctionné comme cela au cinéma. Roman Polanski nous a donné à consommer son épouse Sharon Tate et quelques autres, dans Le Bal des vampires (The Fearless Vampire Killers) (1967). C’était 12 ans avant ! En passant, cela démontre que ce Dracula de John Badham est incroyablement en retard sur son époque.

(*) Livre de Bram Stoker qui n’a d’ailleurs rien à voir avec la véritable histoire de Vlad III Dracul Țepeș l’Empaleur d’Ottomans en Valachie ; comme tout le monde le sait ou devrait le savoir.

Comme je l’ai lu, j’insiste ! Preuve que j’ai été contaminé, j’ai même ramené de la terre du fameux château de Transylvanie (véridique!) – Mais depuis 35 ans maintenant, aucune vampire n’y a poussé.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dracula_(film,_1979)

Frank Langella
Laurence Olivier
Donald Pleasence
Kate Nelligan
Trevor Eve

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire